Au festival MIA3J de Châlons-en-Champagne, des ateliers contre les violences sexuelles dans les lieux festifs

Le festival Musiques d'ici et d'ailleurs, créé en 2016, met les femmes sur le devant de la scène. Pour son édition 2021, il organise des ateliers pour former les organisateurs d'événements à réagir aux agressions sexuelles.

Article rédigé par
Faustine Mazereeuw - franceinfo Culture
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Au festival MIA3J, l'égalité hommes-femmes est à l'honneur. Ici, un atelier pour apprendre aux gérants de lieux festifs à prendre en charge les victimes d'agressions sexuelles. (France 3 Champagne-Ardenne)

“Pendant que vous gérez un moment crucial du festival, c’est-à-dire quand l’urgence est à son maximum, une personne vient vous voir en détresse pour vous dire qu’elle vient de subir une agression sexuelle : que faites-vous ?”, demande l’animatrice aux participants à un atelier de sensibilisation aux violences sexuelles. La scène a lieu au festival Musiques d'ici et d'ailleurs à Châlons-en-Champagne, qui consacre trois jours à la valorisation de la place des femmes dans les milieux festifs et musicaux.

Au festival MIA3J de Châlons-en-Champagne, des ateliers contre les violences sexuelles dans les lieux festifs

Clémentine Roul, membre de l'association de sensibilisation au consentement sur les lieux festifs "Consentis", anime l'échange. L'objectif : apprendre aux personnels travaillant sur ce genre d'événement à reconnaître les situations de violences sexuelles et à prendre en charge les victimes. Une formation de première nécessité alors que 60% des femmes estiment avoir déjà été victimes de violences sexuelles dans un établissement à caractère festif selon une étude du collectif "Plus belle la nuit".

"Parfois on a tendance à banaliser des gestes"

“Parfois on a tendance à banaliser des gestes, par exemple une main aux fesses. En fait, ça c’est une agression sexuelle et c’est très important de le savoir. En tant qu’organisateur ou organisatrice d’événements festifs, on a encore plus besoin d’être au courant de ces faits-là pour pouvoir réagir”, explique Clémentine Roul. Les échanges sont appréciés par les participants qui reconnaissent ne pas toujours avoir les clés pour répondre à ce genre d'événements. “Ça me semble important de mettre en pratique des solutions sur les problématiques de violences sexuelles, mais aussi pour être plus bienveillant sur les événements qu’on organise en règle générale, déclare Félix Lamarque, salarié de la maison d'animation et de formation de Courcelles.

Promouvoir la musique au féminin

L'organisation de cet atelier s'inscrit dans l'esprit du festival Musiques d'ici et d'ailleurs, engagé pour la cause des femmes dans le milieu musical. “Dans le meilleur des cas, elles sont environ 20% à être reconnues dans les festivals, pourtant elles représentent entre 40 et 50% des propositions artistiques. Il est donc important de leur offrir l’espace d’expression disponible”, témoigne le directeur du festival Patrick Legouix. Des chiffres confirmés par une étude du Centre national de musique (CNM) qui montre qu'il n'y a que 14% de musiciennes dans les programmations des événements musicaux.

Répartition des festivals selon la part occupée par les femmes dans leurs programmations. (Centre national de musique (CNM))

Pour pallier ce manque de représentativité des femmes, le festival Musiques d'ici et d'ailleurs a organisé des débats, des ateliers ou encore des projections sur le thème de l'égalité hommes-femmes du 29 juillet au 1er août.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences faites aux femmes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.