Cet article date de plus de six ans.

Un investissement de 600 millions pour les quartiers

Najat Vallaud-Belkacem a envoyé une lettre aux milliers de maires qui possèdent des zones sensibles sur leur territoire. Elle leur annonce une réorientation d'une partie du PIA, le programme d'investissement d'avenir, vers les zones urbaines sensibles.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

La ministre de la ville a annoncé lundi, dans une lettre, un programme d'investissements d'avenir à destination de
la banlieue. Il s'agit d'injecter 600 millions d'euros dans des quartiers sensibles.

"Mettre le paquet sur l'emploi " dans les
quartiers sensibles (Nadjat Vallaud-Belkacem)

"La politique de la Ville ne peut
réussir si elle n'est pas toute entière engagée sur le front de l'emploi
", écrit la ministre dans la lettre qu'elle a envoyé aux maires ayant des zones sensibles sur
leurs territoires.

En effet, dans les villes de banlieues, le
taux de chômage est plus élevé qu'ailleurs. Selon l'observatoire des Zones Urbaines
Sensibles,
seuls 46 % des actifs vivant en Zus ont un emploi contre 64 % dans
les villes voisines.

L'enveloppe de 600 millions sera étalée
entre 2014 et 2020. L'un des points faibles des zones
sensibles, les centres commerciaux et l'artisanat des quartiers, sera aidé avec 75
millions d'euros. Sur certains projets, l'Etat souhaite co-investir avec des fonds privés.

Contrats-aidés, bientôt un point d'étape

Pour lutter contre les discriminations à l'embauche et dans l'emploi dont sont parfois victimes les habitants des quartiers sensibles, Najat Vallaud-Belkacem discuter avec les partenaires sociaux d'une forme de "class action" à la française, qui permettrait des actions collectives en lien avec les syndicats. Cette possibilité devrait être discutée lors la conférence sociale du printemps.

La ministre veut poursuivre le travail engagé par son prédécesseur François Lamy pour concentrer les moyens de son ministère sur un nombre réduit de quartiers prioritaires. La liste sera révélée fin mai. Il s'agira ensuite de relancer un second programme de rénovation urbaine,
(ANRU) dans 200 quartiers avec 5 milliards d'euros. Sur les contrats-aidés, la ministre
attend un point d'étape.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.