Un bizutage en "lettres de sang" à l'université Paris-Dauphine

Un étudiant en première année a porté plainte après un bizutage. Une association étudiante a été radiée et le président de l'université veut se constituer partie civile.

L\'association Japad était \"une association ancienne et importante, car elle organise le Gala annuel\" de l\'université Paris Dauphine.
L'association Japad était "une association ancienne et importante, car elle organise le Gala annuel" de l'université Paris Dauphine. (JACQUES DEMARTHON/AFP)

"Un geste odieux et abject", selon les propres mots du président de l'université Paris-Dauphine. Les faits se sont déroulés pendant une réunion de recrutement de nouveaux adhérents de l'association d'étudiants Japad, la date de ces faits n'a pas été communiquée.  "Un des membres, sous l'emprise de l'alcool, à l'aide d'un instrument qui semble être une capsule de bouteille, a gravé sur le dos du candidat les lettres Japad", rapporte le président de l'université, Laurent Batsch. "Ce ne sont pas des plaies ouvertes ni des incisions profondes, mais des lettres de sang", ajoute le président de Dauphine qui va se constituer partie civile. 

L'étudiant, une jeune homme de première année, a porté plainte mais les motifs de la plainte n'ont pas été précisés. L'association a elle été "immédiatement radiée de l'université", "ses locaux fermés" et un conseil de discipline va être convoqué, "au cours duquel nous traduirons à la fois les responsables de l'association, les membres présents lors de cette funeste séance et le ou les responsables du forfait", explique le président de l'université.