Synode : le débat sur les divorcés et homosexuels reste ouvert

Le synode sur la famille s’est achevé samedi soir au Vatican, sans consensus sur l’accueil des homosexuels et des divorcés dans l’Eglise. Une déception pour beaucoup, même si le débat est engagé autour de ces questions sensibles.

(Le Pape François et le prélat Oswald Gracias à la sortie du synode sur la famille © Maxppp)

Le synode sur la famille a approuvé samedi soir son rapport final, mais sans parvenir à un consensus sur les points délicats de l'accueil dans l'Eglise des divorcés remariés et des homosexuels. L'assemblée est apparue très divisée à l'issue de deux semaines de débats mouvementés. Le langage nouveau prônant la "miséricorde", autrement dit la bienveillance, à l'égard de l'union libre, des divorcés remariés et de l'homosexualité, qui imprégnait fortement une première synthèse des débats publiée lundi, ne faisait pas l'unanimité.

Une déception pour une partie de l’assemblée des évêques mais aussi pour plusieurs associations. Elisabeth Saint-Guily, co-présidente du mouvement d’homosexuels chrétiens David et Jonathan,  rappelle que "les homosexuels des pays d'Afrique ou d'Europe de l'Est continuent à souffrir de violences, parfois encouragées par les Églises " et qu’ "il est urgent que le Vatican se positionne contre ces violences homophobes ".

Un tournant dans le débat religieux

La militante se félicite cependant du débat soulevé par ces questions. "C’est quand même positif que notre réalité ait été nommée ", a-t-elle commenté, jugeant que "même si le texte n’a pas été approuvé, et c’est dommage ", cela allait  "avoir des effets ", et que "le débat allait continuer ".

Même discours plus optimiste du côté du directeur de la rédaction du magazine La Vie , Jean-Pierre Denis. "Le simple fait que cette discussion soit désormais ouverte est déjà une étape importante ", a-t-il souligné. Et d'expliquer qu’avec ces questions, le Pape François "a ouvert une brèche " constituant déjà "une victoire sur la tonalité des débats dans l’Eglise ".

 

"Ce synode est déjà une victoire sur la tonalité des débats dans l'Eglise" (Jean-Pierre Denis, directeur de la rédaction du magazine La Vie)
--'--
--'--

Les questions laissées en suspens seront abordées lors d’un prochain synode prévu d’ici un an. Des propositions autour de ces réflexions sensibles seront faites au Pape François qui devra alors trancher.

A LIRE AUSSI ►►► Synode : pas d'accord sur les homosexuels et les divorcés