Six millions de retraités confrontés à la pauvreté

ENQUETE | Que fait-on des vieux pauvres ? De ces hommes et de ces femmes qui, avec une faible retraite et une famille qui n'a pas l'envie ou les moyens de s'occuper d'eux, ne peuvent pas payer une maison de retraite ? La plupart restent chez eux plus ou moins soutenus par les services sociaux. Pourtant, quelques solutions alternatives existent. Nous sommes allés à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) dans un logement foyer.

(Radio France)

A beau milieu de l'après-midi, de la musique s'échappe d'un rez-de-chaussée d'une tour d'Ivry. Les deux Christiane, de jeunes retraitées, se déchainent sur la piste de danse improvisée dans la salle commune du foyer Casanova, une résidence pour personnes âgées gérée par la mairie. Yvonne, un peu moins vaillante, reste attablée avec
quelques copines. Elle nous raconte comment elle a obtenu un studio ici :

 

Une simple chute qui, dans la vie d'une personne âgée, peut se
transformer en grave accident de parcours. Hospitalisation, perte d'autonomie,
isolement ... Et les places en foyer sont rares. En France il existe 150.000 places en logements foyers.

En France, il existe 150.000 places en logements foyers

Et même dans une ville comme
Ivry, très active dans l'aide sociale aux personnes âgées,  il n'y a qu'une centaine de places en foyer
pour 10.000 retraités. Claude, 90 ans, a du quitter son logement, il y a dix ans.

Finalement, la grande majorité des personnes âgées vont finir leurs jours chez elles. La plupart du temps sans rien demander à qui que ce soit. Sans politique volontariste de la part des villes où elles résident et de leurs services sociaux, elles se retrouvent totalement isolées.

Sans politique volontariste de la part des villes où elles résident et de leurs services sociaux, les personnes âgées ne sollicitent personne et se retrouvent isolées.  

Monique vit seule et au foyer elle vient régulièrement chercher de la compagnie. Cette femme qui habite depuis 52 ans à Ivry, vient souvent participer aux activités du foyer mais
elle continue à vivre dans son HLM de 3 pièces. A 86 ans, elle n'est pas prête
à quitter son appartement.

Souvent isolées, les personnes âgées les plus pauvres n'ont
alors plus qu'un seul filet de sécurité : leur chez soi. Résultat :dans certains
quartiers de la ville, les retraités occupent 50% des HLM. Pourquoi quitter un appartement où on a toujours vécu pour un lieu plus petit et souvent plus cher...Et parmi les retraités pauvres, les personnes très âgées sont les plus touchées et les plus isolées.

Les chômeurs comme les SDF ne nous poseront pas de problème : ils n'atteindront pas l'âge de la retraite

En premier lieu, ce sont les femmes les plus vulnérables. En moyenne, les hommes décèdent six à sept ans avant les femmes. Elles se retrouvent seules avec de faibles retraites puisque, très souvent, elles ont eu des carrières interrompues par l'éducation des enfants.

Une autre catégorie est en train d'entrée en retraite, il s'agit salariés précaires
victimes des crises économiques des dernières années. Plus pauvres et encore plus nombreux que dans les générations précédentes, ils arrivent eux aussi à
l'âge de la retraite. Pour Alfredo Da silva, responsable du service municipal
d'Ivry, l'enjeu est dramatique. 

 

En 2012, sur 14 millions de retraités, six millions sont
considérés comme pauvres. Ils vivent se logent et se nourrissent avec moins
d'un smic.