Serge Lazarevic : "Un an après, je suis seul avec mes problèmes"

Après trois ans aux mains d’Aqmi, Serge Lazarevic était libéré il y a tout juste un an, le 9 décembre 2014. Aujourd’hui, il ne va pas bien ni physiquement, ni psychologiquement. "Je me prépare à la deuxième année, la pire de ma vie."

(Un an après sa libération, Serge Lazarevic est au plus mal © Radio France /Sébastien Baer)

Libéré le 9 décembre 2014, Serge Lazarevic était le dernier otage français encore retenu dans le monde. Pendant plus de trois ans, il a été otage au Mali, aux mains d’Aqmi, Al-Qaïda au Maghreb islamique. En juillet 2015, il nous parlait de son impossible retour à la vie normale. Six mois plus tard, la situation n’a pas changé, elle est même pire.

"Je me prépare à la deuxième année, cela va être la pire de ma vie. Le retour des angoisses, du stress, tout l’état post traumatique ", explique Serge Lazarevic.

Malgré de nombreuses consultations médicales son état ne s’améliore pas. Alors Serge Lazarevic "bricole" de son côté et attend toujours d’avoir un médecin référent. "Partout on me parle de choses, mais personne ne fait rien. J’ai un psy, mais pas de médecin référent. Un médecin qui s’occuperait de mon cas. "

Un combat au quotidien

Reprendre un travail n’est pas impossible mais compliqué. "Je peux travailler, mais le problème c’est que je ne sais pas quand mon espèce de folie me prend. Je ne sais pas ce que cela fait et d’où cela vient. "

Serge Lazarevic souhaite monter une association qui s’occuperait de la victimologie des gens. Il regrette que depuis son retour "pas une association " ne soit venue le voir pour lui proposer de l’aide. "Depuis que je suis arrivé, rien, zéro. Je suis seul avec mes petits problèmes. "

Serge Lazarevic témoigne de sa difficulté de vivre, au micro de Fabienne Sintès
--'--
--'--