Cet article date de plus de neuf ans.

En Seine-et-Marne, les crottes de chiens traquées par la vidéosurveillance

Le maire UDI, Yves Jégo, estime qu'il s'agit de "repérer et d'aller à la rencontre des propriétaires inciviques".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
D'après le maire de Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne), le nettoyage des déjections canines coûte 200 000 euros par an à la commune. (GETTY IMAGES)

Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne) déclare la guerre aux déjections canines. La police municipale de cette commune de 16 000 habitants va traquer et verbaliser à l'aide des caméras de surveillance de la ville les maîtres qui ne ramassent pas les crottes de leur chien.

"Il s'agit de repérer et d'aller à la rencontre des propriétaires inciviques, puis, en cas de récidive, de les verbaliser" avec une amende de 35 euros, explique, lundi 19 août, le maire (UDI) Yves Jégo, confirmant une information du Parisien (article payant). "Entre dix à vingt maîtres souillent la ville", précise l'élu, qui évalue le coût du nettoyage à 200 000 euros par an.

Montereau dispose d'une soixantaine de caméras installées dans la ville depuis dix ans et de quinze policiers municipaux, qui peuvent visionner les images. La vidéosurveillance "permet de remonter à la source de l'infraction" et "l'avantage de la caméra, c'est que le propriétaire du chien ne pourra pas nier, puisqu'on aura la photo", ajoute le maire. Il souligne : "J'ai beaucoup de plaintes de mamans emmenant leurs enfants à l'école, qui trouvent des crottes de chiens car les balayeurs ne sont pas encore passés." 

Pas d'atteinte à la vie privée, selon le maire

"Je n'aurais pas installé des caméras pour faire ça", mais "on a un réseau existant que l'on ouvre sur d'autres services", dont la lutte contre les crottes de chiens et les infractions au code de la route. Yves Jégo estime qu'il n'y a pas d'atteinte à la vie privée, car "on ne filme pas les gens chez eux". Et la lutte contre les déjections canines entre, comme pour les autres infractions, dans le cadre de l'autorisation de son système de vidéosurveillance auprès des autorités, assure-t-il.

Plusieurs communes, dont Paris, Aix-en-Provence, Nice ou Chartres, ont récemment mis en place des systèmes de vidéoverbalisation, qui permettent notamment de sanctionner automatiquement les automobilistes qui passent au rouge ou stationnent en double file.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.