Loire : une voiture fauche 18 cyclistes près de Saint-Etienne, un adolescent en urgence absolue

L'accident s'est produit mercredi après-midi, alors qu'un véhicule dépassait le groupe de cyclistes. Un jeune de 14 ans est grièvement blessé, selon la gendarmerie. L'automobiliste qui conduisait la voiture est en état de choc.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des vélos appartenant au groupe de cyclistes fauchés le 17 mars 2021 à Saint-Just-Saint-Rambert (Loire).  (MAXPPP)

Grave accident sur une route de la Loire. Un groupe de cyclistes a été fauché, mercredi 17 mars, par une automobiliste au volant d'une voiture qui circulait dans le sens opposé, à Saint-Just-Saint-Rambert. "L'accident s'est produit alors qu'un véhicule dépassait un groupe de cyclistes circulant en colonne, sur un pont au-dessus de la D498. Une conductrice au volant de sa voiture arrivant en sens inverse s'est retrouvée face au véhicule qui doublait avant de se rabattre sur la gauche et de percuter les cyclistes", a indiqué la gendarmerie à l'AFP, prévenue peu après 16 heures.

Un jeune de 14 ans en urgence absolue a été évacué vers l'hôpital de Saint-Etienne. Deux autres personnes se trouvaient en urgence relative et 10 autres étaient en état de choc, selon les pompiers.

Une cellule d'écoute psychologique mise en place

Le groupe de cyclistes appartient au club Espoirs cyclistes Saint-Etienne Loire et était composé, au moment de l'accident, de quatre adultes et de 14 adolescents âgés de 14 à 18 ans, selon les pompiers. "Nous sommes choqués et bouleversés", a fait savoir Gaël Perdriau, le maire de Saint-Etienne, dans un communiqué.

"Une cellule d'écoute psychologique a été montée à la caserne de Saint-Just-Saint-Rambert pour accueillir dix jeunes choqués ainsi que leurs parents", ont précisé les pompiers. Un total de 43 pompiers sont intervenus sur les lieux de l'accident, assistés de 21 véhicules dont sept ambulances, ainsi qu'une équipe du Samu. Une vingtaine de gendarmes se sont également rendus sur place.

Choquée, la conductrice du véhicule impliqué devait être entendue par les militaires, qui précisent que les tests d'alcoolémie et de produits stupéfiants réalisés sur elle se sont révélés négatifs. Le parquet de Saint-Etienne a ouvert une enquête pour blessures involontaires aggravées par la conduite d'un véhicule.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.