Trottinettes électriques : circuler sur les trottoirs à Paris expose désormais les utilisateurs à un PV de 135 euros

La ville de Paris va verbaliser les utilisateurs de ces engins qui roulent sur les trottoirs. Le stationnement pourrait également devenir obligatoire.  

Des trottinettes électriques près du métro Strasbourg-Saint-Denis à Paris. 
Des trottinettes électriques près du métro Strasbourg-Saint-Denis à Paris.  (PONTILLON THOMAS / FRANCE-INFO)

La ville de Paris met en place des dispositifs pour réguler l'utilisation des trottinettes électriques en libre-service, a appris franceinfo. Le conseil de Paris a adopté mercredi 3 avril des mesures visant notamment à protéger les piétons.

La municipalité annonce ainsi que les utilisateurs de trottinettes électriques circulant sur les trottoirs s’exposent désormais à un PV de 135 euros. Le stationnement des trottinettes gênant la circulation des piétons est également verbalisé à hauteur de 35 euros. La ville procède à des opérations de mises en fourrière de ces trottinettes.

Vers une zone de stationnement obligatoire  

Des zones spécifiques de stationnement, délimitées par un marquage au sol, vont être créées dans les prochaines semaines. 2 500 places devraient être disponibles d’ici fin 2019. La municipalité envisage également de rendre le stationnement obligatoire dans ces zones.

Une charte de bonnes pratiques a été élaborée avec les neuf entreprises proposant la location de trottinettes électriques en libre-service. Cette charte vise à responsabiliser ces opérateurs.

15 000 trottinettes à Paris 

Pour réguler la flotte de trottinettes en circulation, la municipalité a instauré une redevance pour les entreprises, d’un montant qui croît en fonction du nombre de trottinettes (de 50 à 65 euros par trottinette). Près de 15 000 trottinettes électriques sont aujourd’hui disponibles à Paris, il pourrait y en avoir 40 000 d’ici la fin de l’année.

La Ville de Paris rappelle qu'elle soutient "les nouvelles formes de mobilités propres", mais "leur circulation sur les trottoirs est source d’insécurité pour les piétons". Ces dispositifs propres à la capitale ont été pris dans l'attente du vote de la loi d'orientation des mobilités. Le projet de loi, initialement prévu à l’automne 2018, a été reporté au printemps 2019, rappelle la ville.