Sécurité routière : quel bilan pour les 30 km/h en ville ?

Claire Colnet fait le point sur le plateau du 13 heures concernant le bilan des villes qui ont limité la vitesse en ville à 30 km/h.

France 2

Et si la limitation de la vitesse en ville à 30 km/h devenait de plus en plus répandue ? La ville de Grenoble (Isère) a mis en place cette mesure en 2016, mais elle n'est pas la seule à y avoir recours. "En tout il y a une dizaine de villes concernées comme Bègles (Gironde), Lorient (Morbihan), ou encore Arras (Pas-de-Calais)", confirme en plateau Claire Colnet.

Pas d'amélioration de la qualité de l'air

Par ailleurs, plus de 200 villes ont baissé la vitesse en ville, mais dans des quartiers ou des rues spécifiques. "L'argument numéro un c'est la sécurité", indique la journaliste. À Lorient, il y a eu ainsi trois fois moins d'accidents entre 2006 et 2016. Mais aucune étude ne démontre une amélioration de la qualité de l'air grâce à cette mesure. Ses défenseurs mettent surtout en avant les rues qui deviennent plus sûres, ce qui encourage les modes de transport alternatifs.

Le JT
Les autres sujets du JT
De nombreuses villes, notamment à Grenoble (Isère), ont opté pour une limitaiton à 30 km/h sur une grande partie des voies de circulation.
De nombreuses villes, notamment à Grenoble (Isère), ont opté pour une limitaiton à 30 km/h sur une grande partie des voies de circulation. (CAPTURE ECRAN FRANCE 2)