Sécurité routière : les violentes conséquences des refus d'obtempérer

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Sécurité routière : les violentes conséquences des refus d'obtempérer
Sécurité routière : les violentes conséquences des refus d'obtempérer Sécurité routière : les violentes conséquences des refus d'obtempérer (France 2)
Article rédigé par France 2 - P. Mauger, N. Perez, E. Bonnasse, M. Dolphin, X. Roman, @RevelateursFTV, France 3 Alsace, P. Miette
France Télévisions
France 2
Les refus d'obtempérer font la Une de l'actualité. S'ils ne sont pas plus nombreux ces dernières années en France, ils sont cependant plus violents, d'après le ministère de l'Intérieur.

À grande vitesse, un motard fonce tout droit sur un policier municipal alors qu'il tentait de l'arrêter. Le choc est violent. Le policier se relève et tente d'intercepter le conducteur, qui prend la fuite. Il sera interpellé quelques instants plus tard. La scène a été filmée par un passant lundi 15 avril devant une école de la banlieue nord de Strasbourg (Bas-Rhin).

15 000 refus d'obtempérer par an

En France, toutes les 40 minutes, un policier fait face à un refus d'obtempérer, selon les forces de l'ordre. Des contrôles routiers qui peuvent tourner au drame. Un policier anonyme raconte un contrôle qui a dérapé. Le conducteur d'un véhicule presque à l'arrêt a accéléré dans sa direction. "J'ai eu très peur et j'ai vu la mort tout de suite", raconte-t-il. Il a tiré par "réflexe" afin de "sauver sa peau". Aujourd'hui, il parle de "miracle". Le conducteur a été blessé et le policier a très vite réalisé la gravité de son geste. Les refus d'obtempérer ne sont pas plus nombreux ces dernières années, mais plus violents, selon le ministère de l'Intérieur. Près de 15 000 contrevenants sont poursuivis chaque année pour refus d'obtempérer.

Parmi nos sources :

Le SSMSI, Service statistique ministériel de la sécurité intérieure, publication N°36 d’avril 2024

Liste non exhaustive.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.