Rodéos urbains : le nombre de condamnations en hausse de près de 40% en 2021

Éric Dupond-Moretti a annoncé mardi que près de 1 400 sanctions avaient été prises en 2021 contre des auteurs de rodéos urbains. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un jeune fait du rodéo urbain à Montbéliard (Doubs), le 23 février 2021 (illustration). (LIONEL VADAM / MAXPPP)

Un délit passible d’un an de prison et de 15 000 euros d’amende. Les sanctions judiciaires contre les rodéos urbains ont augmenté de 12,7% entre 2020 et 2021, selon les chiffres des ministères de la Justice et de l'Intérieur, a appris franceinfo. On dénombre, en 2020, 23 881 interventions contre 26 912 interventions en 2021. 

Les infractions verbalisées lors de rodéos motorisés sont en hausse de 11,9% (2 864 verbalisations en 2020, 3 206 en 2021), selon les ministères de la Justice et de l'Intérieur. Enfin, le nombre de condamnations affiche lui une hausse de 39,6% (991 condamnations en 2020, 1 383 en 2021).

Le garde des Sceaux est à Besançon (Doubs) pour faire le bilan cette loi qui a créé un délit spécifique puni d’un an de prison et aggravé quand il est commis en réunion ou sous l’empire d’alcool ou de drogue. Cette loi a eu pour conséquence une multiplication des interventions de police contre les rodéos. 

Sur le terrain, les saisies de scooter se multiplient aussi, même si beaucoup d’engins utilisés sont volés ou prêtés. "Nous avons considérablement développé la confiscation des véhicules. Il n'y a rien qui parle plus à un jeune de 16 ans qui, en toute inconscience, roule dans les cités, dans les villes, en mettant en péril nos concitoyens. C'est de la justice rapide, c'est de la justice de bon sens et c'est une justice qui protège nos compatriotes", a expliqué le garde des Sceaux.

Les interventions en flagrant délit sur un rodéo sont toujours délicates. "Dans certains quartiers populaires, les policiers sont accusés d'avoir pris en chasse des véhicules. Les auteurs peuvent tomber, se faire mal, se tuer, et à chaque fois on accuse la police", a déclaré Jean-Christophe Couvy, secrétaire national d'Unité SGP police.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sécurité routière

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.