Radars privés : le maire de Naujac-sur-mer n'en veut pas dans sa commune

Le maire de Naujac-sur-mer (Gironde) ne souhaite pas dans sa commune des radars embarquées gérés par des sociétés privées. Le dispositif sera pourtant généralisé d'ici 2020. L'élu a publié un arrêté d'interdiction jugé illégal par la préfecture.

France 3

Le petit village de Naujac-sur-mer (Gironde) et ses 1 200 habitants a perdu de son calme habituel depuis que son maire s'est lancé dans une drôle de croisade contre les radars embarqués privés. Ce dernier rassemble des messages de soutien venus de toute la France. Avant même qu'ils ne soient actifs dans sa commune, il vient de les interdire. Les habitants sont partagés sur la démarche de ce maire frondeur.

La préfecture de Gironde réagit

Dans son arrêté, Jean-Bernard Dufourd s'appuie sur le code de la route. Il stipule qu'il est interdit de placer dans le champ de vision du conducteur un écran autre qu'un GPS. La préfecture de la Gironde a immédiatement réagi. "Le maire n'a aucune compétence pour prendre ce type d'arrêté. Il n'a pas le droit de le faire. S'il ne le retire pas, comme le préfet lui a déjà demandé, nous déferrerons l'arrêté au tribunal administratif", explique Thierry Suquet, le secrétaire général de la préfecture de la Gironde. La généralisation de ces radars mobiles privés est prévue d'ici 2020.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un gendarme utilise un radar embarqué pour contrôler la vitesse d\'un véhicule, le 13 juin 2013 à Saint-André-de-Cubzac (Gironde).
Un gendarme utilise un radar embarqué pour contrôler la vitesse d'un véhicule, le 13 juin 2013 à Saint-André-de-Cubzac (Gironde). (NICOLAS TUCAT / AFP)