Cet article date de plus de six ans.

Pourquoi les piétons sont-ils les premières victimes du changement d'heure ?

La France passe à l'heure d'hiver dans la nuit du samedi 29 octobre au dimanche. Ce changement d'heure provoque chaque année un pic d'accidents de la route. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le changement d'heure est la cause d'un pic d'accidentalité et même de mortalité sur la route. Les piétons en sont les premières victimes.   (ANNE-SOPHIE BOST / MAXPPP)

Dimanche 30 octobre, à 3 h du matin, il sera en fait 2 h. La France passe à l'heure d'hiver. Chaque année, ce changement d'heure est la cause d'un pic d'accidentalité et même de mortalité sur la route. Les piétons en sont les premières victimes.. 

La faute à l'obscurité

À partir de ce changement d'heure, nos heures d'activités vont coïncider davantage avec des périodes d'obscurité. Par ailleurs, les usagers, nombreux dans les rues entre 17 et 19 heures, sont souvent fatigués par leur journée, ils sont moins moins attentifs. La conjonction de ces phénomènes entraîne une augmentation du nombre d'accidents. 

163 piétons ont été tués entre novembre 2015 et janvier et 2016, surtout au crépuscule et en début de nuit, comme l'explique Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière : "Tous les ans, après le passage à l'heure d'hiver, on a une recrudescence pendant quelques jours d'accidents impliquant des piétons. Des piétons se font même tuer. Il y a des sorties d'école, des sorties de travail. Logiquement la nuit, on voit moins, donc on verra moins un piéton ou un cycliste, et il y a plus de risques de le renverser."

Au cours de cette période, il y a une augmentation de plus de 30% de piétons tués, par rapport à la moyenne.

Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière

La solution : le gilet jaune

Pour contrer ce phénomène hivernal, les automobilistes sont priés de redoubler de vigilance à la tombée de la nuit, de ralentir et aussi de bien désembuer leurs vitres avant de démarrer. Une part de la solution vient aussi des piétons eux-mêmes, pour le délégué interministériel à la sécurité routière : "Il faut équiper les enfants de matériels réfléchissants. Il y en a sur les cartables, qui sont très bien. On peut aussi, dans des endroits plus sombres et quand ils sont plus petits, leur mettre des gilets jaunes. Et si ce n'est pas possible, parce que les enfants sont plus vieux et n'acceptent pas de porter ces choses-là, leur conseiller des vêtements clairs."

Pour les cyclistes souvent trop peu éclairés, les conseils sont les mêmes. Pour eux, le gilet jaune est très vivement conseillé en ville, et obligatoire en dehors des agglomérations.

Les piétons, premières victimes du changement d'heure : un reportage de Mathilde Lemaire
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sécurité routière

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.