Les voitures sans conducteur vont être expérimentées sur les routes françaises

Le Conseil des ministres a donné son feu vert à l'expérimentation des véhicules sans conducteur ou équipés d'une aide à la conduite.

Le système de pilotage automatique de la Tesla \"Model S\" est présenté à Palo Alto (Etats-Unis), le 14 octobre 2015.
Le système de pilotage automatique de la Tesla "Model S" est présenté à Palo Alto (Etats-Unis), le 14 octobre 2015. (BECK DIEFENBACH / REUTERS)

C'est officiel, les voitures autonomes vont être testées en France. Le Conseil des ministres a donné son feu vert à leur circulation sur la voie publique, mercredi 2 août, qu'il s'agisse de véhicules sans conducteur ou équipés d'une aide à la conduite. 

Ces véhicules à délégation partielle ou totale de conduite, également appelés "véhicules autonomes", "sont une étape incontournable vers une mobilité apaisée, une régulation et une sécurisation des trafics, et des transports plus efficaces et plus respectueux de l'environnement", souligne le compte-rendu du Conseil des ministres, publié par l'Elysée"Ils constituent l'avenir de l'industrie automobile."

Faire de la France "une terre d'expérimentation"

Cette autorisation doit aboutir "à la construction d'un cadre réglementaire solide au travers d'un décret en Conseil d'Etat". A terme, le gouvernement veut que "la France soit reconnue comme une terre d'expérimentation du véhicule autonome, un centre d'excellence de l'intelligence embarquée et un leader en sécurité des systèmes complexes, afin de préparer les nouvelles mobilités de demain".

Le Conseil des ministres évoque notamment des questions de sécurité. Le véhicule autonome "devrait avoir des capacités de réaction et d'adaptation supérieures à celles d'un conducteur humain et ainsi commettre moins d'erreurs que ce dernier sujet à la fatigue, l'alcool, la distraction ou l'inexpérience".

Pourtant, ces technologies posent encore question. Aux Etats-Unis, deux enquêtes ont été ouvertes sur Autopilot, le système d'aide à la conduite automatique du constructeur américain Tesla. Celui-ci était notamment enclenché lors d'une collision mortelle entre une Tesla Model S et un camion, le 7 mai dernier, en Floride. A l'époque, le groupe s'était défendu en précisant qu'il s'agissait du premier accident mortel sur 209 millions de kilomètres parcourus par des véhicules équipés d'Autopilot.