Cet article date de plus d'un an.

L'usage du téléphone portable au volant peut-il entraîner l'annulation du permis de conduire ?

Selon un message qui circule sur Internet depuis début janvier,  "téléphone au volant = annulation du permis". Les règles de sécurité routière ont été durcies fin 2019, mais elles ne vont pas jusqu'au retrait définitif du permis de conduire.

Article rédigé par
Camille Laurent - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'utilisation du portable au volant. Illustration. (NICOLAS GUYONNET / HANS LUCAS)

Une publication devenue virale sur Facebook, avec plus de 3 000 partages depuis le 23 janvier, a fait réagir la préfecture de police de Paris. D'après ce message, téléphoner au volant conduirait à l'annulation du permis de conduire. Sur Twitter, le compte officiel de la coordination sécurité routière de la préfecture de police parle de "fausse information".

Suspension, pas annulation

Utiliser son téléphone tout en conduisant est interdit par la loi et est passible d'une amende de 135€ ainsi que du retrait de trois points de permis. La nouvelle loi d'orientation des mobilités promulguée le 24 décembre dernier durcit cette répression. Les contrevenants pourront se voir retirer leur permis, si l'usage du téléphone au volant est constaté en même temps qu'une autre infraction au code de la route, par exemple une vitesse excessive. Ce retrait pourra être suivi d'une suspension du permis pour six mois au maximum, décidée par le préfet. Mais il ne s'agit pas d'une annulation du permis.

Cette nouvelle réglementation devrait entrer en vigueur en avril ou mai prochain par un décret qui n'est pas encore publié. 

La parade du gouvernement à l'usage intempestif du téléphone au volant

La délégation à la sécurité routière parle "d'un réel danger" concernant l'utilisation d'un téléphone au volant, qui multiplie selon elle par trois les risques d'accident et est responsable d'un accident corporel sur dix. D'après le baromètre 2019 de l'assureur Axa, 70% des Français reconnaissent utiliser leur téléphone au volant : c'est deux fois plus qu'il y a quinze ans.

La délégation sécurité routière alerte sur les risques du téléphone au volant. (SECURITE ROUTIERE)

En juillet dernier, Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière, appelait sur franceinfo "à se discipliner collectivement", ajoutant que "le téléphone, c'est une addiction, un véritable fléau : si vous écrivez un texto à 130 km/h, vous avez parcouru 250 m sans regarder la route. Vous imaginez ce que ça veut dire..."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.