Vidéo Les Bureaux du Cœur : sans domicile fixe, il dort dans les bureaux d'une entreprise

Publié
Durée de la vidéo : 4 min.
Article rédigé par

Laisser dormir des personnes sans domicile dans les locaux d'entreprises, c'est l'initiative de l'association Les Bureaux du Cœur. À Nantes, Fortune est hébergé par Nobilito, une agence de communication. Et ça lui apporte beaucoup...

"Ça te donne beaucoup plus de motivation pour aller de l'avant." Pendant ce temps-là à Nantes, Fortune est sans domicile fixe. Le soir, il dort dans les locaux d'une entreprise et c'est grâce à l'association Les Bureaux du Cœur. Micro-ondes, théière, chauffe-eau électrique, frigo... Fortune a une petite cuisine équipée à sa disposition et un espace aménagé pour dormir. "Le fait d'avoir un endroit stable pour dormir le soir, c'est fondamental pour se reconstruire. C'est impossible de travailler sur un projet professionnel si, le soir, vous ne savez pas où vous allez dormir", estime Pierre-Yves Loaëc, dirigeant de Nobilito et fondateur des Bureaux du Cœur.

Offrir de la stabilité

Créée en 2019, l'association est aujourd'hui présente dans 12 villes à travers un réseau d'une trentaine d'entreprises. "Il y a une forme de sélection qui est opérée par les associations partenaires, qui détectent des gens qui ont besoin d'un passage, qui sont pas loin d'arriver à se réinsérer et qui ont besoin de stabilité dans le logement, et c'est ce qu'on vient offrir aux Bureaux du Cœur", explique Pierre-Yves Loaëc. Invité ici depuis 6 mois, Fortune travaille pour une boite d'intérim. L'association l'a aidé à refaire son CV et à mieux cerner ses envies professionnelles. "On a aussi du réseau dont on peut faire profiter nos invités, on a assez facilement ces discussions-là avec Fortune et avec nos invités de manière générale", se réjouit le fondateur des Bureaux du Cœur...

Comme Fortune, une vingtaine de personnes en précarité de logement ont pu retrouver de la stabilité grâce aux Bureaux du Cœur, en attendant de trouver un logement définitif.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.