Santé : les inégalités d'accès aux soins augmentent

L'association UFC-Que choisir dresse le constat de l'aggravation de la fracture sanitaire en France depuis 2012. Et elle estime que les mesures prises par le gouvernement pour lutter contre les déserts médicaux sont inefficaces.

(Le constat de l'UFC-Que Choisir: il est de plus en plus difficile de prendre un rendez-vous avec un médecin en France © Maxppp)

La fracture sanitaire s'est aggravée depuis 2012, c'est la conclusion tirée par l'UFC-Que Choisir qui a publié aujourd'hui une étude sur l'accès aux soins. L'association de consommateurs s'est intéressée à quatre spécialités médicales : généralistes, pédiatres, ophtalmologistes et gynécologues. Le constat est simple :  il est de plus en plus difficile de prendre un rendez-vous avec un médecin surtout si on en cherche un qui ne pratique pas de dépassements d'honoraires. L'association estime que les mesures mises en place par le gouvernement depuis quatre ans pour lutter contre les déserts médicaux sont inefficaces et coûteuses.

Des médecins généralistes qui se raréfient 

Même les médecins généralistes commencent à se faire rares : près de 15 millions de Français ont des difficultés pour consulter un généraliste qui vit à moins d'une demi-heure de leur domicile. Et, pour les spécialistes, la situation est encore plus critique. Ils sont de moins en moins à être aux tarifs de la sécurité sociale : 60 % des gynécologues pratiquent des dépassements d'honoraires, 56 % des ophtalmos et 37 % des pédiatres.

(Cartes de la fracture sanitaire française pour les généralistes et les gynécologues © UFC-Que Choisir)
(Cartes de la fracture sanitaire pour les ophtalmologistes et les pédiatres © UFC-Que Choisir)