Roger Cukierman dénonce "un mauvais procès"

Lors du dîner annuel du Crif ce lundi, son président, Roger Cukierman est revenu sur la polémique qui a éclaté après ses déclarations du matin sur les musulmans. Il a dénoncé "un mauvais procès" et espère que "le contact sera rapidement rétabli" avec les musulmans, même si il maintient ses propos.

(Roger Cukierman, le président du Crif, le Conseil représentatif des institutions juives de France © Maxppp)

Au tour de Roger Cukierman de s’expliquer. Le président du Crif a ouvert le dîner annuel de l’organisation ce lundi en répondant à la polémique qui agite la communauté musulmane depuis le matin. Roger Cukierman avait stigmatisé les jeunes musulmans lors d’une interview en décrétant que "toutes les violences aujourd'hui [étaient] commises par des jeunes musulmans ". Lundi soir, il a répété ses propos tout en espérant que "le contact sera rapidement rétabli " avec les musulmans, tout en dénonçant "un mauvais procès ".

"Le Conseil français du culte musulman nous a informés cet après-midi de sa décision de ne pas assister au dîner. J'ai appelé M. Boubakeur (le président du CFCM, ndlr) pour essayer de le faire changer d'avis, je lui ai dit qu'il nous faisait un mauvais procès ", détaillé Roger Cukierman. "Ce qui compte, c'est le vivre ensemble, juifs et musulmans. Nous sommes sur le même  bateau et j'espère que le contact sera rapidement rétabli ".

Roger Cukierman explique ses propos

Cependant, Roger Cukierman a remis ses propos dans un contexte : "Une récente étude de la Fondapol montre un niveau élevé de préjugés antisémites dans trois groupes. Les électeurs du Front national, ceux de l'extrême-gauche et parmi la population musulmane. Il faut nommer les choses. Les actes anti-juifs sont commis dans leur écrasante majorité par des jeunes issus de l'immigration, des jeunes musulmans qui sont eux-mêmes pourtant des victimes potentielles de racisme. Il ne s'agit ni d'amalgamer, ni de stigmatiser, mais il s'agit de regarder les faits. Ces violences sont commises par une toute petite partie de la population musulmane de France, mais cette toute petite partie est bien réelle ", a-t-il déclaré lors du dîner annuel.

 

Ses déclarations ont été tenues alors que le président du Conseil français du culte musulman a boycotté le dîner. "Les musulmans sont pris pour cible, ça suffit !  ", a estimé Dalil Boubakeur sur France Info. Abdallah Zekri, membre du bureau du Conseil français du culte musulman, avait également commenté les propos du président du Crif en estimant que Roger Cukierman ne "favorise pas le dialogue inter-religieux"

 A ECOUTER ►►► "Les musulmans sont pris pour cible, ça suffit", dit Dalil Boubakeur

Roger Cukierman, président du Crif, espère que "le contact sera rapidement rétabli"
--'--
--'--