Rire de tout n'est plus possible, pour 6 Français sur 10

Neuf mois après les attentats contre Charlie Hebdo, le sondage Opinion Way pour la Licra montre que 62% des Français estiment que l'on ne peut plus rire de tout. Qu'en pensent les dessinateurs de presse Aurel et Pierre Kroll ? Réactions.

(71% des Français jugent que l’on doit pouvoir rire de tout © Charlie Hedbo)

"On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui ". Cette phrase de Pierre Desproges est-elle encore valable aujourd’hui ? Non, si l’on en croit les résultats du sondage publiés par Opinion Way pour la Licra, qui montrent que 62% des Français estiment que l'on ne peut plus rire de tout, en en raison de "la montée du politiquement correct et le refus des pensées discordantes" (17%), de la "conjoncture actuelle" (14%) ou de "l'augmentation des sujets tabous" (12%). Dans la même enquête on apprend que près de trois Français sur quatre (71%) jugent que l’on doit pouvoir rire de tout, au nom de la liberté d’expression. 

Un sondage qui paraît un peu vain pour Aurel, dessinateur de presse pour Le Monde et Politis , parce qu’il est "évident que l’on ne peut pas rire de tout parce que la loi empêche de faire certaines choses. " Il faut relativiser les résultats de ce sondage car "il faut voir qu’elle est la réaction des gens face à un dessin qui les concerne ou les touche directement. "

En Belgique, la question se pose également. "On n’est pas obligé de rire de tout. Si des choses ne vous amusent pas ne riez pas ", estime Pierre Kroll, caricaturiste belge pour Le Soir et la RTBF. "Le problème aujourd’hui c’est que les choses sont trop mélangées. L’humour est une question de connivence. Un humour universel sera un produit blanc, incolore, inodore impossible. "

Les dessinateurs Aurel et Pierre Kroll ne pensent pas que l'on puisse rire de tout. Interview réalisée par Jérôme Cadet.
--'--
--'--