Cet article date de plus de huit ans.

Retraites : l'allongement de la durée de cotisation est adopté

Par 101 voix contre 64, après plusieurs heures de débat tendu, l'Assemblée nationale a adopté en pleine nuit l'un des points névralgiques de la réforme des retraites, l'article 2 qui prévoit la hausse de la durée de cotisation d'un trimestre tous les trois ans à compter de 2020... jusqu'à 43 ans de cotisation en 2035.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Comme prévu, le Front de Gauche, les écologistes et la droite ont voté contre. Huit députés socialistes aussi. Au final, l'article 2 du projet de loi de réforme des retraites a été adopté, cette nuit à l'Assemblée, par 101 voix contre 64. Dans un hémicycle plus fourni qu'au premier jours des débats...

Et pour cause : l'article 2, c'est l'un des points névralgiques de la loi. Celui qui prévoit la hausse de la durée de cotisation d'un trimstre tous les trois ans, à compter de 2020, pour arriver à 43 ans de cotisation en 2035. La réforme ne touche pas à l'âge légal de départ à la retraite, qui reste à 62 ans depuis la réforme de 2010.

Dans une ambiance quelque peu surchauffée, les députés se sont opposés, parfois violemment. Christian Paul, porte-parole des députés PS pour la réforme, a assuré que "pour beaucoup de Français la vie réelle n'atteindra pas 43 ans" , compte tenu des mesures pour prendre en compte la pénibilité, la situation des femmes ou des jeunes.

Une "mesure anti-sociale", "dans la droite ligne des gouvernements de droite" , ont dénoncé les députés communistes pour qui cette réforme ne règle rien : "les économies éventuelles pour l'assurance vieillesse se feront au détriment de l'assurance chômage et de l'assurance maladie" .

"Sous l'emballage, il y a un cadeau empoisonné. Vous maintenez la fiction de l'âge légal pour des raisons politiques mais en allongeant la durée de cotisation personne ne pourra partir avec une retraite correcte à l'âge légal" , a rétorqué l'UMP Laurent Wauquiez. La droite a plaidé pour un report de l'âge légal à 65 ans et une remise en cause des régimes spéciaux.

Manque de courage, hypocrisie... les invectives ont volé sur l'hémicycle... pour finir par s'apaiser vers minuit.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.