Toussaint : les jeunes reviennent de plus en plus à l'inhumation

Selon une étude du Crédoc (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) publiée vendredi 1er novembre pour la Toussaint, les 18-39 opteraient de plus en plus pour l'inhumation. Le journaliste Jean-Christophe Batteria décrypte en plateau.

FRANCE 3

Vendredi 1er novembre, nombreux sont les Français qui sont allés se recueillir dans les cimetières pour honorer un proche ou un ami. Et selon une étude du Crédoc (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) publiée à cette occasion, les jeunes reviendraient de plus en plus vers l'inhumation traditionnelle. "Le phénomène est nouveau : 40% des 18-39 ans envisagent la crémation pour leurs propres obsèques. Un chiffre qui monte à 52% pour les plus de 40 ans", révèle Jean-Christophe Batteria en plateau.

La crémation a fortement augmenté depuis 1975

"Le Crédoc, qui renouvelle son étude chaque année depuis 1978, considère que les jeunes, aujourd'hui, sont plus dans l'émotion en matière d'obsèques", relaie le journaliste. Cette génération aurait plus de mal avec la disparition du corps. L'évolution des chiffres est édifiante. En 1975, la crémation représentait 0,4% des obsèques, puis 1% en 1980. "Et puis, tout bascule avec le siècle, pour obtenir 37% aujourd'hui", indique le journaliste, qui pointe une différence entre l'intention et la réalisation. Il y a aussi des différences selon l'engagement religieux.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un cimetière à Strasbourg (Bas-Rhin), le 29 octobre 2017.
Un cimetière à Strasbourg (Bas-Rhin), le 29 octobre 2017. (SEBASTIEN BOZON / AFP)