Sherin Khankan, la première femme imam scandinave qui célèbre l'islam

À la tête de la toute première mosquée scandinave, cette femme au parcours atypique évoque sans ambivalence le féminisme islamique.

Voir la vidéo

Serin Khankan grandit dans une famille multiculturelle au Danemark : sa mère est immigrée finlandaise et son père réfugié politique syrien.

Sa mère faisait le Ramadan, son père allait à l’Église à Noël.

Premiers pas dans l’islam

À 19 ans, elle découvre le soufisme avec son professeur de kung-fu. Elle se convertit puis se rend en Égypte et en Syrie pour étudier l’islam.

À 27 ans, elle rentre au Danemark à la suite des attentats du 11 septembre 2001. Soucieuse de promouvoir un islam progressiste, elle crée le Forum des musulmans critiques.

"Pour nous, lance-t-elle, le féminisme islamique est quelque chose de naturel : ça veut dire que les hommes et les femmes sont égaux."

Militante pour la tolérance

À 41 ans, elle est à la tête de la toute première mosquée scandinave. Elle notait en février dernier que beaucoup de gens dans beaucoup de pays, dont le Danemark, "ne savent même pas qu’il y a des femmes imames en Chine depuis 1820."

En tant qu’imame, elle célèbre des mariages interconfessionnels. Ses contrats de mariage se veulent progressistes : interdisant la polygamie et les violences conjugales, ils reconnaissent aussi le droit des femmes au divorce.

Elle souhaite par-dessus tout "contester les interprétations patriarcales de l’islam en montrant qu’il est possible d’être musulman, de pratiquer l’islam tout en étant membre d’une société démocratique."

Le vendredi, la prière est exclusivement réservée aux femmes. En 2016, elle fait partie des 100 femmes les plus influentes au monde, selon la BBC. 

Khankan
Khankan (BRUT)