Royaume-Uni : l'Eglise d'Angleterre s'excuse d'être "institutionnellement raciste"

"Nous avons porté atteinte à l'Eglise, nous avons porté atteinte à l'image de Dieu et, surtout, nous avons causé du tort à ceux que nous avons victimisés", a déclaré mardi l'archevêque de Canterbury.

L\'archevêque de Canterbury, Justin Welby, lors d\'un discours à l\'église d\'Amritsar, en Inde, le 10 septembre 2019.
L'archevêque de Canterbury, Justin Welby, lors d'un discours à l'église d'Amritsar, en Inde, le 10 septembre 2019. (NARINDER NANU / AFP)

L'archevêque de Canterbury, Justin Welby, chef spirituel des anglicans, a affirmé mardi 11 février, lors d'un synode général de l'Eglise d'Angleterre, que celle-ci était "profondément et institutionnellement raciste", s'excusant auprès des minorités discriminées.

"Nous avons porté atteinte à l'Eglise, nous avons porté atteinte à l'image de Dieu et, surtout, nous avons causé du tort à ceux que nous avons victimisés, souvent de façon inconsciente", a déclaré l'archevêque, ajoutant qu'il était "honteux" et "désolé".

La génération "Windrush"

L'Eglise d'Angleterre a voté "unanimement" une motion visant à "s'excuser pour le racisme conscient et inconscient subi par d'innombrables anglicans noirs, asiatiques et d'autres minorités ethniques en 1948 et dans les années qui ont suivi, alors qu'ils cherchaient un foyer spirituel" en son sein, détaille un communiqué.

En juin 1948, le paquebot Empire Windrush avait amené près de 500 citoyens du Commonwealth, principalement des Caraïbes, sur l'île de Grande-Bretagne, marquant le début de la génération "Windrush". Au total, près de 500 000 personnes issues des Antilles se sont rendues en métropole, pour aider en tant que citoyens britanniques à reconstruire le Royaume-Uni après la Seconde Guerre mondiale.

Au cours du synode, le révérend Andrew Moughtin-Mumby a raconté comment la famille d'une de ses paroissiennes, qui s'était vu interdire en 1961 l'accès à une église dans le sud de Londres "en raison de la couleur noire de sa peau", "a souffert d'un racisme horrible et humiliant qui affecte encore aujourd'hui sa relation" avec l'institution.