Le plan du gouvernement pour améliorer le dialogue avec l'islam de France

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a dévoilé plusieurs mesures, mercredi, pour lutter contre la radicalisation et pour réorganiser le Conseil français du culte musulman (CFCM).

Le ministre de l\'Intérieur Bernard Cazeneuve lors d\'une conférence de presse à Washington (Etats-Unis), le 19 février 2015 à Paris.
Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve lors d'une conférence de presse à Washington (Etats-Unis), le 19 février 2015 à Paris. (NICHOLAS KAMM / AFP)

Le gouvernement va lancer une grande consultation visant à réformer le Conseil français du culte musulman (CFCM), indique l'entourage du ministre de l'Intérieur et des Cultes Bernard Cazeneuve, mercredi 25 février. Censée représenter les musulmans de France, cette instance n'a jamais réussi à s'imposer depuis sa création en 2003.

Le CFCM intervient pourtant dans de nombreux domaines, comme la construction des mosquées, le marché des aliments halal, la formation de certains imams et le développement des aumôniers musulmanes dans les prisons et dans l'armée française. Francetv info revient sur les principales annonces du ministère.

Une nouvelle instance de dialogue d'ici à l'été

Une nouvelle "instance de dialogue" avec l'islam sera créée "d'ici à l'été", a affirmé le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll. "Elle se réunira deux fois par an autour du Premier ministre pour traiter de la formation des imams, de l'abattage rituel et de l'organisation du culte musulman", a précisé Bernard Cazeneuve.

FRANCE TELEVISIONS

"Dans chaque département, les préfets sont appelés à ouvrir le dialogue avec les représentants locaux du culte musulman, de façon à faire apparaître les thèmes et les préoccupations de nos compatriotes musulmans", ajoute le compte-rendu du conseil des ministres.

Une réorganisation du CFCM

La composition du CFCM sera élargie et diversifiée avec, par exemple, l'entrée de personnalités et de représentants de mosquées autonomes. "Il ne s'agit pas d'une reprise en main, l'Etat est seulement à l'initiative", précise l'entourage du ministre de l'Intérieur. Les propositions sont attendues à l'occasion de la consultation prévue avant le ramadan, autour du 17 juin.

Des formations à l'université pour les imams

L'Etat va inciter les imams à suivre des formations civiques et civiles dans les universités, qui leur ouvriront même des débouchés. "'Il y a six diplômes universitaires déjà en vigueur, la volonté de la ministre de l'Education nationale est de les porter à douze. Les aumôniers recrutés par l'Etat pour les prisons et les armées ne seront recrutés qu'à condition d'obtenir un diplôme."

FRANCE TELEVISIONS

Des établissements d'enseignement sous contrat

Le gouvernement veut aussi inciter davantage d'établissements d'enseignement musulmans à être sous le régime du contrat avec l'Etat (comme c'est le cas des établissements catholiques). Parallèlement, la trentaine d'écoles confessionnelles musulmanes hors contrats verront leurs contrôles renforcés.

>> Au lycée Averroès, un sentiment de "trahison" après les accusations d'islamisme

La promotion de la recherche sur l'islam

Le gouvernement entend favoriser le développement de la recherche sur l'islam de France et développer un outil de promotion, d'où la relance d'un projet de fondation lancé en 2005 et resté lettre morte. "Il y aura des bourses d'étude pour permettre aux doctorants de travailler sur l'islam", ajouter Bernard Cazeneuve.

FRANCE TELEVISIONS

Une sécurité accrue des lieux de culte musulmans

Le gouvernement s'est également engagé à renforcer la sécurité des lieux de culte musulman. D'ores et déjà, un millier de sites bénéficient d'une protection et des fonds seront débloqués pour développer les éléments de sécurisation, comme la vidéosurveillance. Une décision qui intervient alors qu'il y a eu en France autant d'actes islamophobes en janvier que sur toute l'année 2014.

>> Les lieux de culte musulmans pris pour cible

FRANCE TELEVISIONS