Le cardinal Roger Etchegaray, ancien président de la conférence des évêques de France, est mort

Homme de confiance de Jean-Paul II, il était considéré comme l'une des personnalités les plus ouvertes et communicatives de l'Eglise. 

Le cardinal Roger Etchegaray lors d\'une conférence à Espelette (Pyrénées-Atlantiques), le 26 août 2014. 
Le cardinal Roger Etchegaray lors d'une conférence à Espelette (Pyrénées-Atlantiques), le 26 août 2014.  (GAIZKA IROZ / AFP)

Il était une grande figure de l'église catholique, proche de Jean-Paul II. Le cardinal Roger Etchegaray est mort mercredi 4 septembre à l'âge de 96 ans, a annoncé sur son site internet le diocèse de Bayonne, où il finissait ses jours. Le prélat basque, né à Espelette le 25 septembre 1922, est mort à Cambo-les-Bains (Pyrénées-Atlantiques), où il était en maison de retraite depuis janvier 2017, après avoir pris congé du pape François, alors qu'il était vice-doyen du Collège des cardinaux depuis 2005. 

Ordonné prêtre en 1947, il devient évêque en 1969 et commence son ministère dans le diocèse de Bayonne, poursuivant au sein de l'épiscopat dont il a été secrétaire général de 1966 à 1970. Il a également été président du Conseil des épiscopats d'Europe avant de devenir évêque auxiliaire de l'archevêque de Paris, puis archevêque de Marseille (1970-1984). Roger Etchegaray a présidé la Conférence des évêques de France de 1975 à 1981. Il a ensuite été président du conseil pontifical "Cor Unum" (1984-1995) et du conseil pontifical "Justice et paix" (1984-1998).

Considéré comme une des personnalités les plus ouvertes et communicatives de l'Eglise, il a œuvré toute sa vie pour l'œcuménisme et le dialogue avec les juifs et avec les musulmans. Homme de confiance de Jean-Paul II, affable et fin diplomate, il a rempli de nombreuses "missions spéciales" au nom du pape, se rendant notamment en Irak (à trois reprises), en Iran, à Sarajevo, au Rwanda, à Cuba… Ses obsèques doivent avoir lieu lundi dans la cathédrale de Bayonne, selon le diocèse.