Ris-Orangis : la rue de la fraternité

A Ris-Orangis (Essonne), le prêtre, le rabbin et le président de la communauté musulmane travaillent main dans la main depuis de longues années.

FRANCE 3

C'est une petite rue, comme il en existe des milliers en région parisienne. Pourtant, celle-ci a quelque chose de singulier : la synagogue a été construite juste à côté du temple baptiste. Trois numéros plus loin, on découvre la mosquée et dans la continuité de la rue, l'église. Une rue au nom évocateur : celui du résistant Jean Moulin.

Le vivre-ensemble et la main tendue comme credo

Côte à côte, le prêtre, le rabbin et le président de la communauté musulmane de Ris-Orangis : ces trois-là passent beaucoup de temps ensemble. Aujourd'hui, si les musulmans ont une mosquée pour prier, c'est en partie grâce au rabbin, qui a même eu l'honneur de l'inaugurer. Le vivre-ensemble et la main tendue sont devenus leur credo. Chaque responsable a entraîné dans son sillage tout sa communauté. Ce dialogue interreligieux a essaimé partout dans la ville. Comme beaucoup de communes de la région parisienne, Ris-Orangis connaît des problèmes de délinquance, mais semble épargnée par les problèmes communautaires.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le prêtre, le rabbin et le président de la communauté musulmane de Ris-Orangis.
Le prêtre, le rabbin et le président de la communauté musulmane de Ris-Orangis. (Capture d'écran France 3)