Cet article date de plus de quatre ans.

Burkini : le Conseil d’Etat rendra sa décision vendredi à 15 heures

Interdire le burkini est-il légal ? Le Conseil d'Etat saisi par plusieurs associations pour casser l'arrêté de Villeneuve-Loubet rendra son arrêt vendredi à 15h. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le conseil d'Etat rendra sa décision sur la légalité de l'arrêté anti-burkini vendredi à 15h (/NCY / MAXPPP)

Le Conseil d’Etat rendra sa décision concernant l’arrêté anti-burkini pris par Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes) vendredi à 15 heures. La plus haute juridiction administrative a examiné ce jeudi après-midi, en audience publique, un référé-liberté déposé par la Ligue des droits de l'homme (LDH) et le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) contre cet arrêté exigeant des "tenues respectueuses des bonnes mœurs et de la laïcité" sur les plages. L'audience avait lieu quelques jours après que le tribunal administratif de Nice a confirmé la validité de l'arrêté "anti-burkini" de Villeneuve-Loubet

Le burkini n'est pas la burqua qui cache le visage

Me Spinosi

Avocat de la Ligue des Droits de l'Homme

Lors de sa prise de parole, l'avocat de la LDH, Me Patrice Spinosi, a appelé le Conseil d'Etat à "s'abstraire de cette polémique politique, avec une approche purement juridique". "Le burkini est un vêtement de bain, comme un voile porté sur une tenue courante, adapté à la baignade. [...] Le burkini n'est pas la burqa qui cache le visage", a-t-il souligné. "Interdire à une personne de se vêtir au nom de sa religion est une atteinte aux libertés", a plaidé Me Spinosi.

"Il n'y a pas de trouble objectif à l'ordre public" Me Patrice Spinosi, avocat de la Ligue des Droits de l'Homme
écouter

De son côté, l’avocat de la ville de Villeneuve-Loubet a assuré que cet arrêté était "une mesure de police préventive pour éviter les troubles à l’ordre public" dans "un climat de tensions absolues dans les Alpes-Maritimes" : "Les burkinis étaient pléthoriques avant le 5 août [date de l’arrêté municipal, NDLR]", a-t-il affirmé devant les juges du Conseil d’Etat.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Polémique sur le burkini

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.