Ce que l'on sait de la démission de l'évêque de Dax, soupçonné d'"attitudes inappropriées" contre des jeunes

Une association de lutte contre la pédophilie affirme avoir collecté les témoignages de deux adolescents mettant en cause Hervé Gaschignard. Mais, à l'heure actuelle, aucune plainte n'a été déposée, selon l'évêché de Dax, interrogé par l'AFP.

Hervé Gaschignard lorsqu\'il était évêque auxiliaire à Toulouse (Haute-Garonne), le 16 janvier 2009.
Hervé Gaschignard lorsqu'il était évêque auxiliaire à Toulouse (Haute-Garonne), le 16 janvier 2009. (MAXPPP)

C'est une décision exceptionnelle de la hiérarchie catholique. Le Vatican a demandé à l'évêque d'Aire et Dax (Landes), Mgr Hervé Gaschignard, de démissionner en raison d'"attitudes pastorales inappropriées" envers des jeunes, a annoncé l'Eglise catholique de France, jeudi 6 avril, dans un communiqué. Franceinfo fait le point sur ce que l'on sait de cette affaire. 

Qui est Hervé Gaschignard ?

Hervé Gaschignard, âgé de 57 ans, est originaire de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Il était évêque du diocèse d'Aire et Dax (Landes) depuis janvier 2012. Auparavant, il était évêque auxiliaire de Mgr Robert Le Gall à Toulouse (Haute-Garonne), sur une période allant de 2007 à 2012. Il s'était "particulièrement impliqué dans la pastorale des jeunes dans les Landes", relaie France 3 Nouvelle-Aquitaine. "Il est connu pour des positions plutôt conservatrices au sein de l'Eglise en France", ajoute la chaîne.

De quoi le soupçonne-t-on ?

Le cardinal de Bordeaux, Jean-Pierre Ricard, précise avoir reçu "le 21 mars deux personnes du diocèse d'Aire et Dax, en contact avec des jeunes" : "Elles lui ont fait part de leurs interrogations et même du malaise ressenti devant des attitudes et des paroles de Mgr Hervé Gaschignard vis-à-vis de jeunes." Le 28 mars, dans le cadre de l'Assemblée des évêques à Lourdes, le cardinal en a parlé à Mgr Gaschignard, qui, "déjà alerté, en avait informé le nonce apostolique [agent diplomatique du Saint-Siège] et pris contact avec le procureur de la République".

Les rumeurs sur ces "attitudes inappropriées" avaient "rendu difficile le gouvernement du diocèse", indique de son côté la conférence des évêques de France. Interrogé par l'AFP, le responsable de la communication à l'évêché de Dax, Paul Perromat, s'est borné à préciser que cette démission intervenait après "des propos et comportements inappropriés qui auraient pu être tenus" par Mgr Gaschignard, mais "il n'est en aucun cas question d'agressions ou d'actes sexuels". "A l'heure actuelle, aucune plainte n'a été déposée ni auprès du procureur de Dax, ni auprès de celui de Mont-de-Marsan", a-t-il ajouté.

Mais à la suite de ce signalement, le procureur de Dax, Jean-Luc Puyo, a annoncé à l'AFP "l'ouverture d'une enquête pour voir si les faits revêtent une qualification pénale ou pas, et pour lever si besoin est toute ambiguïté". Selon lui, il n'y avait toutefois "aucun fait ayant trait à des attouchements sexuels" dans ce signalement.

En quoi auraient consisté ces "attitudes inappropriées" ?

Le responsable d'une association landaise de lutte contre la pédophilie, Colosse aux pieds d'argile, a indiqué à l'AFP avoir recueilli ces derniers mois deux témoignages mettant en cause Hervé Gaschignard. Le premier est celui d'une adolescente de 15 ans, qui a parlé de "caresse sur la cuisse, bisou volé sur la joue, chuchotements dans l'oreille, et beaucoup de paroles inappropriées". "Ce n’est pas le comportement d’un prêtre, encore moins d’un évêque", explique la jeune fille à L'Obs.

Le second est celui d'un garçon de 14 ans. "L'évêque de Dax lui aurait demandé s'il avait des relations sexuelles avec sa copine, s’il se mettait nu devant ses amis, s’il se masturbait et avec quelle fréquence, s’il avait consulté des sites pornos homosexuels", explique une des personnes ayant constitué le dossier au sein du diocèse à L'Obs. Toujours selon cette source, Hervé Gaschignard aurait trouvé le garçon "efféminé", et "lui aurait proposé de l’accompagner, de l’aider à devenir plus viril".

Sa mère a laissé ce message vocal à l'association Colosse aux pieds d'argile : "Mon fils a été en contact avec ce sale personnage et il lui a tenu des propos extrêmement graves."

Le nom de l'évêque a-t-il déjà été évoqué dans d'autres affaires ?

Hervé Gaschignard a déjà fait l'objet d'une enquête lorsqu'il était évêque auxiliaire à Toulouse, signale France 3 Occitanie. "A l'issue d'un pèlerinage en VTT, quatre familles écrivent à l'archevêque de Toulouse, Mgr Le Gall, détaille la chaîne. Dans leurs courriers, elles évoquent une étrange proximité physique entre l'évêque auxiliaire et les ados qui participaient à ce stage." "Selon nos informations des séances de 'bagarre' au sol, des contacts physiques répétés" ont eu lieu durant ce stage, ajoute France 3.

A la suite de ces courriers, l'archevêque de Toulouse avait fait "par prudence" un signalement au procureur de la République qui l'avait classé sans suite, rapporte La Croix. Toujours selon le quotidien, une autre famille avait témoigné d'un comportement inapproprié, à Nantes, où le religieux a été directeur adjoint du séminaire (1995-2006) et conseiller spirituel des scouts d'Europe.

Dans quel contexte intervient cette démission ?

Cette démission intervient dans un contexte de mises en cause répétées de l'Eglise pour sa gestion des affaires de pédophilie. L'Eglise catholique a mis en place en 2016 un plan d'action pour lutter contre "les abus sexuels" (cellules d'écoutes des victimes, commission d'expertise indépendante...).

Selon des données de la conférence des évêques de France, la France compte moins de 0,5% de prêtres ou diacres (70 sur environ 15 000) mis en examen ou condamnés pour abus sexuels sur des mineurs. L'enquête de "Cash investigation" diffusée sur France 2, le 14 mars, montre que des religieux condamnés pour pédophilie sont toujours en activité, et pour certains même au contact d'enfants.