Cet article date de plus de quatre ans.

Réfugiés : France terre d'asile demande des centres d'accueil partout en France

Un campement sauvage où étaient regroupés plus de 2 000 migrants a été évacués vendredi à Paris. L'association France terre d'asile réclame des centres d'accueil temporaire dans toutes les capitales régionales françaises.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (L'évacuation du camp de réfugiés vendredi à Paris © AFP / Jacques Demarthon)

Près de 1 500 migrants étaient entassés dans un campement de fortune à Paris. Ils ont été évacués vendredi matin. C'est la 26e opération de ce type dans la capitale en un an. Pierre Henry, le directeur général de France Terre d'asile explique que ces réfugiés "viennent séjourner une quinzaine de jours " dans des conditions très précaires "sans sanitaires, sans accès à l'eau potable, dans des conditions dantesques ".

"La plupart des réfugiés viennent du Soudan, d'Erythrée, de Somalie, d'Afghanistan. Paris c'est un peu l'arrière-cour de Calais " détaille le directeur de l'association pour qui il faut désormais tout faire pour "éviter cette épreuve" aux réfugiés.

"Le trottoir parisien est en train de devenir un centre de transit, c'est absurde", Pierre Henry, directeur de France terre d'asile

Pour la 26e fois en un an, les autorités ont évacué un campement de réfugiés. C'est une histoire qui se répète sans cesse. "Ça n'a pas de sens, on peut l'éviter. Il faut mettre en place des centres temporaires d'accueil dans toutes les capitales régionales avec les mêmes règles. On accueille les personnes, on les identifie et on les oriente vers des structures ad hoc ", a ajouté Pierre Henry. Il déplore également que cette "désorganisation de l'accueil " qui "produit un regard de plus en plus dur envers les réfugiés ".

Le directeur de France Terre d'asile demande des centres d'accueil partout en France
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.