Cet article date de plus de trois ans.

Info franceinfo Agression près de la tour Eiffel : une information judiciaire ouverte pour violences volontaires à caractère raciste

Les deux femmes qui étaient en garde à vue dans cette affaire sont déférées devant un juge ce mercredi.

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des policiers patrouillent à Paris près de la tour Eiffel le 18 octobre 2020. (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)

Le parquet de Paris ouvre une information judiciaire pour violences volontaires avec arme, en réunion et à caractère raciste, après l'agression au couteau de deux femmes près de la tour Eiffel dimanche 18 octobre, a appris franceinfo auprès du parquet mercredi 21 octobre 2020.

D'après leur plainte, que franceinfo a pu consulter, elles se promenaient en famille, avec des enfants lorsqu'un chien est arrivé, effrayant les petits, elles ont alors demandé aux propriétaires de l'animal de le tenir en laisse. Aux enquêteurs, les femmes racontent que le ton est très vite monté avec les deux propriétaires qui les ont traitées de "sales Arabes", ont désigné leur voile de "truc sur la tête", et leur ont dit : "rentrez chez vous".

Deux suspectes déférées ce mercredi

D'après la plainte, les propriétaires du chien, des femmes, se sont alors approchées pour asséner trois coups de couteau à l'une des promeneuses, notamment touchée au crâne, et six coups de couteau à sa cousine, qui a notamment eu le poumon perforé. L'intervention de vendeurs ambulants a stoppé l'agression. Une première suspecte avait été interpellée par la police rapidement après les faits, la deuxième a été arrêtée mardi 20 octobre.

Dans cette affaire, une enquête a d'abord été ouverte sans que le caractère raciste ne soit retenu. Le communiqué de la préfecture de police de Paris diffusé ce mardi parlait seulement d'un "différend à cause d'un chien". Le parquet de Paris estime désormais que l'agression a un lien avec la religion ou l'origine des deux victimes. De nombreux messages postés sur les réseaux sociaux ces derniers jours affirmaient que l'agression était liée au fait que les victimes étaient musulmanes et voilées.




Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.