Cet article date de plus d'un an.

Prostitution : un siècle entre tolérance et pénalisation

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 4 min.
Prostitution : un siècle entre tolérance et pénalisation
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

France 2 revient sur le regard porté sur la prostitution depuis le début du XXe siècle.

À l'ombre des portes cochères, elles attendent le client. Mais elles doivent se faire discrètes face aux regards des gardiens des bonnes mœurs. Les prostituées ont été tour à tour condamnées, puis tolérées. Au début du XXe siècle, le cinéma est le premier à s'intéresser aux "cocottes" ou "légères". En 1940, 75 000 femmes sont pensionnaires des maisons closes, et la guerre leur apporte de nouveaux clients : les soldats. Durant l'âge d'or des bordels, les maladies vénériennes se propagent et les tenanciers sont accusés de collaborer avec l'occupant.

Les années 1980 et le sida

En 1946, Marthe Richard, ancienne prostituée et pilote d'avion, obtient la fermeture des maisons closes. Les prostituées sont alors reléguées dans la rue ou dans des hôtels de passe clandestins. À partir de 1970, les filles de joie revendiquent un statut. Des rêves d'émancipation stoppés dans les années 1980 avec le sida. Une décennie plus tard, la prostitution change de visage, les travailleuses du sexe sont de plus en plus jeunes et viennent principalement d'Afrique ou d'Europe de l'Est. Aujourd'hui, les clients peuvent être pénalisés et écoper jusqu'à 3 750 € d'amende.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.