Drôme : la ville de Valence a fait installer quatre grands panneaux pour lutter contre la prostitution

La ville de Valence a fait installer jeudi quatre grands panneaux aux entrées de la base de loisirs de l'Epervière. Un parc où la prostitution a fait l'objet de nombreuses plaintes de riverains et de familles qui s'y promènent, rapporte France Bleu Drôme Ardèche.

Les panneaux sont installés aux entrées de la base de loisirs de l\'Epervière car la prostitution dans le parc fait l\'objet de nombreuses plaintes.
Les panneaux sont installés aux entrées de la base de loisirs de l'Epervière car la prostitution dans le parc fait l'objet de nombreuses plaintes. (SUZANNE SHOJAEI / RADIO FRANCE)

Le maire de Valence (Drôme) a fait installer jeudi 20 septembre quatre grands panneaux aux entrées de la base de loisirs de l'Epervière car la prostitution dans le parc fait l'objet de nombreuses plaintes de riverains et de familles qui s'y promènent, rapporte France Bleu Drôme Ardèche.

Une initiative de la mairie

À chacune des entrées du site de l'Epervière à Valence, il y a désormais un grand panneau de deux mètres sur trois qui rappelle la forte amende encourue par ceux qui ont recours à la prostitution. C'est une initiative du maire de Valence, Nicolas Daragon, lassé des plaintes de riverains et de familles se promenant dans le parc : "Je sais bien que je ne réglerai pas le problème de la prostitution", explique le maire avant d'ajouter : "Mais au moins, il faut que les enfants ne croisent pas la route de gens qui consomment des actes sexuels."

Les panneaux rappellent que le site est équipé de caméras. La ville de Valence y pratique la vidéo-verbalisation depuis le début de l'année. Les PV dressés directement par la police municipale ne concernent que les infractions au code de la route : stationnement gênant, non-port de la ceinture de sécurité, etc.

Si le recours à la prostitution est constaté, la procédure est transmise à la police nationale puis au procureur de la République qui décide des poursuites. Plusieurs clients ont ainsi été convoqués devant le délégué du procureur. Selon France Bleu Drôme Ardèche, dans la Drôme, jamais personne n'a écopé - pour l'instant - de l'amende maximale de 1 500 euros.