Cet article date de plus de quatre ans.

Prisons : le ras-le-bol du personnel pénitentiaire

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Prisons : le ras-le-bol du personnel pénitentiaire
Article rédigé par
France Télévisions

Au lendemain de l'agression de trois surveillants d'une prison dans le Pas-de-Calais, par un détenu islamiste, la corporation ne décolère pas, dénonçant le laxisme de l'administration pénitentiaire et le manque de moyens alloués par l'État.

La colère des surveillants face au directeur de la prison de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais). Pour eux, les mesures de sécurité autour du détenu Christian Ganczarski n'étaient pas suffisantes. Condamné à 18 ans de réclusion criminelle, le terroriste devait sortir le 24 janvier de prison et probablement être extradé vers les États-Unis pour être entendu sur les attentats du 11 septembre.

Vers un blocage total ?

Persuadée que le terroriste était prêt à tout pour échapper à ce transfert outre-Atlantique, l'administration pénitentiaire le place vendredi dernier en cellule d'isolement. Ce jour-là, les surveillants portent un équipement spécifique : un casque, un bouclier et des protections pare-chocs. Trois jours plus tard, ces mesures d'incarcération sont allégées par la direction. Pour les surveillants de prison, la direction a fait preuve de légèreté dans la sécurité autour du détenu. Ce soir, les syndicats de surveillants appellent à un blocage total des prisons à partir de lundi matin. De son côté, la Garde des Sceaux a lancé une inspection pour comprendre les conditions de l'agression.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.