Prisons : au cœur des opérations de sécurité des agents de l’ERIS

Publié
Durée de la vidéo : 5 min
Partout en France, les centres pénitentiaires doivent faire face aux nouvelles technologies, car il arrive que des prisonniers soient livrés via des drones. Des éléments pris en compte par les ERIS, des agents spéciaux en charge depuis vingt ans de la sécurité des prisons et de leurs occupants. -
Prisons : au cœur des opérations de sécurité des agents de l’ERIS Partout en France, les centres pénitentiaires doivent faire face aux nouvelles technologies, car il arrive que des prisonniers soient livrés via des drones. Des éléments pris en compte par les ERIS, des agents spéciaux en charge depuis vingt ans de la sécurité des prisons et de leurs occupants. - (France 2)
Article rédigé par France 2 - E. Pelletier, J-M. Lequertier, C. Combaluzier, G. Liaboeuf
France Télévisions
France 2
Partout en France, les centres pénitentiaires doivent faire face aux nouvelles technologies, car il arrive que des prisonniers soient livrés via des drones. Des éléments pris en compte par les ERIS, des agents spéciaux en charge depuis vingt ans de la sécurité des prisons et de leurs occupants.

C’est une opération coup-de-poing ce soir-là à la prison de Châteaudun (Centre-Val-de-Loire). Les unités d’intervention de l’administration pénitentiaire, les ERIS, sont appelés en renfort. L’objectif est de fouiller le quartier d’isolement, là où se trouvent les détenus les plus surveillés. Un agent est chargé de les conduire sur place, c’est "un poisson pilote" dans le jargon pénitentiaire. "C’est un labyrinthe (la prison), sans eux, on est perdu", commente un agent ERIS

Dissuader les trafics

Dans le quartier d’isolement se trouve une demi-douzaine de cellules, certaines occupées par des détenus condamnés pour violences ou dans des affaires de terrorisme. La dissuasion passe par le rapport de force et l’effet de surprise. Un détenu accepte de sortir de sa cellule tandis que les agents doivent lutter pendant plusieurs minutes avec un autre. C’est la 2ᵉ fouille de cette ampleur à Châteaudun cette année. Le but de ces opérations aléatoires est de dissuader les trafics et de découvrir les objets interdits dans les caches improvisées. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.