Policière municipale attaquée : "La réponse pénale n'est pas suffisante" et "doit être réévaluée", selon un ancien directeur de prison de Fleury-Mérogis

"La réponse pénale est insuffisante pour toutes les agressions envers les forces de l'ordre", a expliqué l'ancien directeur de prisons, et aujourd'hui maire d'Alençon, après l'attaque au couteau vendredi contre une policière municipale en Loire-Atlantique.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Joaquim Pueyo, maire d'Alençon et ancien directeur des prisons de Fleury-Mérogis et de Fresnes le 12 novembre 2019 à l'Assemblée nationale. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

"Je pense que la réponse pénale n'est pas suffisante et doit être revue", a affirmé samedi 29 mai sur franceinfo Joaquim Pueyo, maire d'Alençon et ancien directeur des prisons de Fleury-Mérogis et de Fresnes notamment, au lendemain de l'attaque d'une policière municipale à La Chapelle-sur-Erdre (Loire-Atlantique).

>> Ce que l'on sait de l'attaque au couteau contre une policière municipale à La Chapelle-sur-Erdre, près de Nantes

L'assaillant présumé, un homme de 39 ans, était inscrit au fichier des signalements de la prévention de la radicalisation à caractère terroriste et effectué plusieurs peines de prison pour des faits de droits communs. Selon Joachim Puyo, ils sont "entre 1 200 et 1 500 terroristes radicalisés dans les prisons françaises" et "il faut absolument des moyens pour que la prise en charge à la sortie de prison soit de plus en plus ferme".

franceinfo : Les personnes comme celle responsable de cette attaque sont-elles nombreuses en prison ?

Joaquim Pueyo : Effectivement, les prisons sont sous pression actuellement parce que nous avons entre 1 200 et 1 500 terroristes radicalisés dans les prisons françaises. La radicalisation reste au cœur des inquiétudes et nous savons également que des centaines de terroristes vont sortir de prison dans les trois ans à venir. Quelle prise en charge à la sortie ? Est-ce que les renseignements sont suffisamment forts pour les suivre à la trace, quasiment d'une manière quotidienne ? Ce sont des questions réelles.

Quelle est la part de détenus radicalisés qui souffrent de troubles psychologiques ?

Je ne peux pas vous donner un chiffre, mais ils sont relativement nombreux. Par conséquent, la prise en charge au niveau de la psychologie se pose bien évidemment en prison. Vous savez que dans les prisons, nous avons bien sûr des psychiatres, mais cette prise en charge psychiatrique n'est pas suffisante. De même, le suivi socio-judiciaire est indispensable, mais il n'est pas suffisant. Il faut absolument des moyens pour que cette prise en charge soit de plus en plus ferme.

Ce sont des questions qu'on doit se poser dès maintenant parce que lorsque vous avez des centaines de détenus radicalisés qui vont sortir, notamment des jeunes sous influence, qui peuvent effectivement suivre des théories telles qu'on les connaît, moi j'ai des inquiétudes. La prise en charge à l'extérieur doit être renforcée.

Faut-il rouvrir le débat sur les peines de sureté, comme le souhaitent certains ?

Je pense que oui. Il y a une réponse pénale qui doit être réévaluée. On ne peut plus accepter actuellement que tous les jours, toutes les semaines, nous ayons des policiers, des gendarmes, des pompiers, qui se font attaquer, agresser ou tuer.

Je pense que la réponse pénale doit être revue. Je pense qu'elle n'est pas suffisante. Je le dis tel que je le pense parce que je connais bien le système pénitentiaire. Je connais bien également le droit pénal. Je pense qu'il y a eu effectivement des annonces faites par le gouvernement, mais je pense que la réponse pénale est insuffisante pour toutes les agressions envers les forces de l'ordre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Prisons

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.