DIRECT. L'opération "prison morte" des surveillants est reconduite mardi, annoncent trois syndicats

Les syndicats réclament plus de sécurité pour le personnel pénitentiaire,  après l'agression à la prison de Vendin-le-Vieil dans le Pas-de-Calais. 

Cette vidéo n'est plus disponible
Ce qu'il faut savoir

L'opération "prison morte" se poursuit. Le mouvement de contestation des surveillants pénitentiaires sera reconduit mardi, pour une deuxième journée d'affilée, annoncent trois syndicants lundi 15 janvier. Ils réclament plus de sécurité pour les personnels des prisons, après l'agression à la prison de Vendin-le-Vieil dans le Pas-de-Calais.

De nombreux blocages. "Les deux tiers" des 188 établissements en France ont été touchés par des blocages ou des débrayages, lundi, selon un bilan dressé à la mi-journée par la direction de l'administration pénitentiaire.

 Le directeur de la prison de Vendin-le-Veil a présenté sa démission. Certains barrages ont commencé à être levés dans la matinée après l'annonce de la démission du directeur de la prison de Vendin-le-Vieil, réclamée par les organisations syndicales.

La ministre de la Justice appelle "au dialogue". A l'occasion de ses vœux, la garde des Sceaux Nicole Belloubet a estimé que la grogne des surveillants de prison était un "mouvement compréhensible". "J'entends leurs inquiétudes. L'expression du mécontentement doit déboucher sur le dialogue", a-t-elle ajouté.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PRISON

23h56 : Au moins 6 surveillants ont été agressés par un détenu au centre pénitentiaire de Mont-de-Marsan (Landes), a appris franceinfo auprès du syndicat local SNP-FO. Les faits se sont déroulés en fin d'après-midi. Trois d'entre eux ont été hospitalisés, notamment pour un nez et un doigt cassé ou encore une blessure au plexus.

21h56 : Rappelons que trois syndicats de personnel pénitientiaire ont décidé de reconduire demain le mouvement national de blocage des prisons, après l'agression de leurs collègues surveillants.

21h53 : Christian Ganczarski est mis en examen pour "tentatives d'assassinats sur personnes dépositaires de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste". Plus d'informations dans cet article.



(DENIS CHARLET / AFP)

21h54 : Le détenu qui a agressé des surveillants de prison à Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais) a été mis en examen, a appris franceinfo de source judiciaire

23h58 : Déjà 20 heures à la pendule. Avant de passer à table, voici ce qu'il faut retenir dans l'actualité.


Dolores O'Riordan, la chanteuse du groupe irlandais The Cranberries, est morte à l'âge de 46 ans.

L'arbitre Tony Chapron, auteur d'une étrange tentative de tacle contre un joueur de Nantes hier soir, est suspendu jusqu'à nouvel ordre. Il a présenté ses excuses.

L'opération "prison morte" des surveillants est reconduite demain. Les syndicats réclament plus de sécurité pour le personnel pénitentiaire, après l'agression à la prison de Vendin-le-Vieil, dans le Pas-de-Calais.


La Corse est placée en alerte orange "vents violents" à partir de demain 10 heures, a annoncé Météo France.

18h18 : Les trois syndicats ont décidé de reconduire leur action demain. "Le mouvement des surveillants de prison est compréhensible j'entends leurs inquiétudes, a expliqué la ministre de la Justice Nicole Belloubet sur franceinfo. L'expression du mécontentement doit déboucher sur le dialogue." Plus d'informations dans notre direct ici.

16h53 : Le détenu qui a agressé des surveillants de prison jeudi dernier au centre pénitentiaire de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais) a été déféré au parquet de Paris en vue d'une ouverture d'information judiciaire pour "tentatives d'assassinats sur personnes dépositaires de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste".

15h56 : "Il ne faut pas non plus que l'arbre nous cache la forêt et que l'on tente de remettre en place à partir de 10 à 15% de personnes détenues le système carcéral global. Pour ces 10 à 15%, il faut inventer effectivement des solutions nouvelles."


Jean-René Lecerf explique sur franceinfo que les détenus dangereux représentent une minorité parmi la population carcérale.

09h20 : "On bloque tout ce qui est intervenants, professeurs des écoles, le personnel de cantine pour les détenus, les gens qui viennent pour les parloirs..."

A Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais), une centaine de surveillants participent au blocage de la prison. Avec une consigne : "Tout ce qui n'est pas en uniforme bleu, ça ne rentre pas."

09h14 : Selon notre journaliste Mathilde Lemaire, le gouvernement a décidé d'acter la démission du directeur du centre pénitentiaire de Vendin-le-Vieil, qui en a fait la demande.

08h49 : Le départ de Richard Bauer pourrait simplifier la visite de la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, demain, à Vendin-le-Vieil. Ce retrait était la "première revendication" des syndicats locaux, qui appellent à bloquer la visite de la garde des Sceaux.

08h46 : Le directeur du centre pénitentiaire de Vendin-le-Vieil avait été pris à partie par des surveillants devant les caméras, vendredi, au lendemain de l'agression de trois surveillants au sein de l'établissement.




(FRANCE 2)

08h43 : "On le savait depuis vendredi qu'il allait partir. (...) On aurait préféré que ce soit la ministre [de la Justice] qui le démette de ses fonctions."


Sur franceinfo, le patron du syndicat FO estime que la démission de Richard Bauer est "une bonne chose" mais que "ça ne va pas régler les problèmes des surveillants".

08h51 : Le directeur interrégional des services pénitentiaires du Grand-Nord, Alain Jégo, confirme que le directeur de Vendin-le-Vieil a demandé à être "relevé de son commandement". Il revient désormais à la direction de l'administration pénitentiaire de "donner suite ou pas".

08h35 : Le directeur de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais), Richard Bauer, annonce, à l'extérieur de la prison, qu'il a "demandé à être déchargé de la responsabilité de la gestion du centre pénitentiaire".

08h28 : Le directeur du centre pénitentiaire de Vendin-le-Vieil, dont les syndicats réclament la démission, demande à quitter son poste.

08h22 : Selon un décompte réalisé par France Bleu, au moins 35 établissements pénitentiaires sont actuellement touchés par l'appel au blocage des prisons lancé par les syndicats de surveillants.

08h00 : "C'est une première mobilisation pour montrer au gouvernement qu'il doit nous prendre au sérieux."


A Marseille, une cinquantaine d'agents des Baumettes sont réunis pour bloquer l'entrée du personnel "pendant quelque temps" au centre pénitentiaire.

07h29 : La température monte devant les établissements pénitentiaires, notamment dans le Val-de-Marne, où se trouve notre journaliste Mathilde Lemaire.

06h09 : "C'est une opération prison morte."


Alors que les syndicats promettent une journée "au ralenti", les blocages se mettent en place petit à petit devant les prisons du pays, comme ici dans la métropole de Lyon.