Solidarité : vers une seconde journée de travail non rémunérée ?

Emmanuel Macron considère la piste d'une seconde journée de solidarité (travaillée, mais non rémunérée) afin de venir en aide aux personnes âgées et handicapées.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Le gouvernement envisage une journée de travail gratuite supplémentaire pour venir en aide aux plus âgés. France 2 a rencontré des salariés d'une entreprise marseillaise qui ne voient pas d'un très bon œil l'arrivée d'une deuxième journée de travail de solidarité. "C'est toujours nous qui donnons", déplore l'un d'entre eux. Les syndicats rejettent totalement l'option, la CFDT évoque une mesure injuste. Cette journée travaillée, mais non rémunérée, décidée après la canicule de 2003, concerne tous les salariés, sauf les professions libérales et les indépendants.

Une mesure efficace ?

L'an passé, elle a rapporté 2,37 milliards d'euros : 60% de cette somme est dédiée aux personnes âgées, le reste aux personnes handicapées. Les responsables du secteur estiment que la mise en place d'une deuxième journée de ce type n'est pas suffisante. Une autre piste est envisagée : trouver les financements via la sécurité sociale en créant un cinquième risque, après la maladie, le chômage, la retraite et la famille.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une personne âgée assise dans un fauteuil. (Photo d\'illustration)
Une personne âgée assise dans un fauteuil. (Photo d'illustration) (MAXPPP)