Le groupe d'Ehpad privés Orpea dévoile un plan pour assainir ses finances

Le plan, présenté par la nouvelle direction d'Orpea, vise aussi à redresser les pratiques et l'image de l'entreprise. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le panneau d'entrée d'un établissement Orpea à Rezé (Loire-Atlantique) le 10 février 2022. (LOIC VENANCE / AFP)

Fidéliser ses salariés, vendre des actifs immobiliers... Orpea, le groupe d'Ehpad (Etablissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) privés dans la tourmente depuis les révélations, en janvier 2022, du livre-enquête Les Fossoyeurs, a dévoilé, mardi 15 novembre, un plan pour assainir sa situation financière qui menace son avenir. "Le groupe est exposé à un risque de manque de liquidité au cours du premier trimestre 2023", a prévenu Orpea dans un communiqué.

Orpea démarre mardi des négociations avec ses créanciers dans le cadre d'une procédure de conciliation devant le tribunal de commerce de Nanterre, afin de renégocier sa dette colossale de 9,5 milliards d'euros et de lever de l'argent frais. Il souhaite notamment convertir une partir de sa dette en capital. Orpea "s'attend à ce que, à l'issue de ces opérations, au moins 20% de son capital social soit détenu par des investisseurs institutionnels français à long terme", a-t-il précisé sans donner de précision sur ces investisseurs.

"Orpea s'est éloigné de son cœur de métier"

Cette négociation doit permettre au groupe de retrouver la marge de manœuvre nécessaire à la mise en place de son plan de transformation. Celui-ci prévoit notamment la mise en place d'une nouvelle politique de ressources humaines visant à "fidéliser" les collaborateurs (72 000 salariés dans le monde, dont 26 000 en France) et à améliorer la prise en charge des résidents. "Orpea s'est éloigné de son cœur de métier, en privilégiant un développement international et immobilier trop rapide, au prix d'un endettement excessif et d'une situation financière très fragilisée", a commenté son nouveau directeur général Laurent Guillot, arrivé il y a quatre mois et cité dans le communiqué.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Maltraitance dans les Ehpad

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.