"Ils se sentent valorisés" : en Charente, les bienfaits de l'équithérapie pour les résidents d'un Ehpad

Comment rompre l'isolement et stimuler à nouveau les résidents des Ehpad ? À Angoulême, une femelle poney rend visite aux résidents de l'Ehpad de la Providence. Un moment très attendu par les personnes âgées.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Sioux, la femelle poney, vient rendre visite aux résidents de l'Ehpad de la Providence, à Angoulême (Charente), le 20 avril 2021.
 (ALAIN GASTAL / RADIO FRANCE)

"Bonjour ! Je vous ramène la demoiselle en forme, plus que jamais !" La demoiselle, c'est Sioux, 16 ans mais 450 kilos quand même. La femelle poney se dirige vers le premier étage de l'Ehpad de la Providence, à Angoulême (Charente) en montant les escaliers.

Une fois dans la salle de restaurant, Sioux, tenue par son écuyère Marie, se dirige vers les résidents réunis en cercle sur leurs chaises ou leurs déambulateurs. "Bonjour, bonjour ! Regarde si c'est mignon ! C'est doux, hein ?", lance une résidente en câlinant la jument. "Je sais qu'elle m'aime bien parce que l'année dernière, je lui avais donné des petits morceaux de pomme et je lui ai fait des gros bisous", confie une autre résidente, avant de susurrer à l'animal : "Viens que je te fasse un petit bisou ! Un petit bisou !"

L'animal vient faire sa visite une fois par mois. Un moment très attendu, explique Cécile, l'animatrice de l'Ehpad. C'est elle qui a eu l'idée de faire venir la jument. "On est dans le toucher, c'est quelque chose qu'on a tendance à oublier, explique-t-elle. Ce sont des résidents qui, en dehors du soin, ont eu beaucoup moins de visites, n'ont pas pu toucher leurs familles. Chacun y trouve sa place, les personnes qui ne peuvent pas parler, les personnes qui peuvent s'exprimer... Chacun peut arriver à communiquer avec l'animal."

"Il y a un bienfait parce que les visages se détendent, les résidents sont plus stimulés, sont calmes."

Cécile, animatrice de l'Ehpad

à franceinfo

Pendant ce temps, Sioux continue sa tournée. Des caresses, des bisous, des compliments... Et des langues qui se délient. "Je faisais du cheval, confie une dame enjouée, j'étais directrice de colonies de vacances, on faisait monter des enfants." Il y a aussi ce monsieur qui raconte que son père était maréchal-ferrant. "Je suis monté à cheval, se souvient-il, l'occasion se présentait presque tous les jours quand j'avais une quinzaine d'années."

Une résidente de l'Ehpad embrasse Sioux, la ponette qui vient rendre visite à l'Ehpad d'Angoulême. (ALAIN GASTAL / RADIO FRANCE)

"Ils se sentent valorisés"

Sioux ouvre la boîte aux souvenirs. Et travailler la mémoire, cela compte beaucoup dans un Ehpad. "Ça fait tout remonter, raconte Lucie, la psychologue de l'établissement. 'J'avais une ferme', ceci, cela. Des fois, on a peu accès, on rentre dans les chambres, ce sont des gens qui sont complètement fermés, et là on voit qu'ils s'ouvrent, ils nous racontent des histoires de vie... Quand les familles viennent, ça intéresse les petits-enfants. Ils se sentent valorisés à travers cette animation, c'est sûr."

Marie et sa ponette repartent au bout d'une heure et demie. Sioux est de plus en plus demandée ces derniers mois : elle est déjà attendue dans six Ehpad autour d'Angoulême et de Poitiers.

En Charente, les bienfaits de l'équithérapie pour les résidents d'un Ehpad - Reportage d'Alain Gastal
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.