Cet article date de plus d'onze ans.

Pour succéder à Bernard Thibault, la CGT se décidera... en septembre

Faute d'accord sur la candidature de la "dauphine", Nadine Prigent, le Comité confédéral de la CGT, son "parlement", se réunira à nouveau après les vacances.
Article rédigé par Guillaume Gaven
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Franceinfo (Franceinfo)

Décidément, la CGT a bien du mal à régler la succession de Bernard Thibault. Trois volte-face plus tard, le syndicat a décidé qu'il était urgent d'attendre.. 

Tout paraissait pourtant tellement simple. Après 13 années à la tête de la centrale, Bernard Thibault décidait de passer la main. Et adoubait sa dauphine, Nadine Prigent.

Sauf que rien ne s'est passé comme attendu : vendredi dernier, la commission exécutive - le "gouvernement" - de la CGT rejetait cette candidature. Avant de se raviser ce matin, convaincu par Bernard Thibault. Nadine Prigent redevenait, très provisoirement, candidate officielle.

Mais le Comité confédéral national - le "parlement" - de la CGT ne l'a pas entendu de cette oreille. Par 304 voix contre, 255 pour, et 82 abstentions, la candidature Prigent a été retoquée.

Après ce rejet, la commission exécutive a bien tenté de se réunir à nouveau, pour tenter de débloquer la situation. Tout ce qu'elle a décidé, ça a été de reporter la bataille de succession. A l'automne donc.

Il n'y a pas d'urgence, cela dit. Le mandat de Bernard Thibault ne prend fin qu'en mars 2013, lors du prochain congrès de la centrale. Cela laisse donc six mois à la CGT pour se remettre en ordre de marche... 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.