Pour 81% des Français, vivre à la campagne représente la vie idéale révèle un sondage

Selon cette enquête, réalisée par l'Ifop pour Familles Rurales et publiée mardi, seulement 19% des personnes interrogées sont adeptes d'une vie complètement urbaine.

Un champ de colza dans le sud de la Touraine.
Un champ de colza dans le sud de la Touraine. (GÉRARD PROUST / MAXPPP)

Dans un sondage, publié mardi 9 octobre et réalisé par l'Ifop pour Familles Rurales, 8 Français sur 10 estiment que vivre à la campagne représente la vie idéale, tandis que 19% des personnes interrogées sont adeptes d'une vie complètement urbaine.

>>À LIRE AUSSI. "J'ai désormais une vie après le travail" : passés de la ville à la campagne, ils ne regrettent rien

Parmi les éléments qui concourent à ce résultat, figurent la qualité de vie, le calme, le moindre coût de la vie ou encore le souhait de vivre dans un environnement moins pollué. Ce sentiment de bien-être est partagé par 62% des habitants des espaces ruraux. Par ailleurs, cette étude montre que 60% des jeunes de moins de 25 ans expriment un fort attrait pour le monde rural contre 45% du reste de la population.

Dans le même temps, sur le plan socio-économique la ruralité ne bénéficie pas d'une bonne image dans l'opinion publique qui l'associe d'abord à des difficultés pour 46% des personnes sondées. Il y a même près de six Français sur dix qui pensent que le monde rural est en déclin, contre 43% des ruraux.

"Pauvreté", "chômage"

"Disparition des services de proximité", "pauvreté", "chômage" sont les termes qui reviennent le plus souvent dans ce cas. Autre fait marquant de ce sondage, c'est le sentiment d'abandon de la "France des campagnes", les ruraux sont 51% à estimer que le monde rural "est abandonné". Ces territoires sont considérés comme davantage délaissés que les banlieues. Le sentiment d'être laissés pour compte est vécu plus fortement par plus de 60% des ruraux qui déclarent ne pas avoir accès à des services publics locaux, contre 47% de ceux qui en bénéficient. 58% des ruraux estiment que la situation s'est dégradée en matière d'accès aux services publics au cours des dernières années. Une personne sur deux en milieu rural veut que l'État agisse notamment contre la désertification médicale et attend une action en faveur de l'installation des entreprises ou de l'amélioration de l'accès à internet.

Malgré tout, les habitants des espaces ruraux gardent "une vision plus positive de leur environnement", ils sont 93% à se dire "satisfaits" de vivre dans le monde rural, dont 53% "très satisfaits". Ils souhaitent juste qu'on "reconnaisse leurs difficultés" tout en refusant une posture "victimaire", soulignent les auteurs du sondage, qui montre que seuls 5% des habitants veulent quitter le monde rural en évoquant "l'enclavement", les "difficultés de déplacement" et "l'ennui".

Deux échantillons : "grand public" et "ruraux"

Un sondage "grand public" : échantillon de 1 012 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de famille) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne du 8 au 11 juin 2018.

Un sondage "ruraux" : échantillon de 1 501 personnes, représentatif de la population française rurale âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par tranche d’unité urbaine. Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne du 6 au 11 juin 2018.