Police : le port d’arme hors service maintenu après l'état d'urgence

Pendant l'état d'urgence, les policiers peuvent garder leur arme en dehors du service. Après l'assassinat d'un couple de policier lundi soir à Magnanville, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé aux syndicats de police, le prolongement de la mesure au-delà du 26 juillet.

(Illustration : les policiers pourront garder leur arme hors service même après l'état d'urgence © MAXPPP)

Au lendemain de l'assassinat d'un couple de policiers à son domicile, Bernard Cazeneuve a reçu les syndicats de police en fin de journée et accepté une de leur revendication de longue date. Même après la fin de l'état d'urgence, les agents pourront conserver leur arme en dehors de leur service, sur la base du volontariat.

"Le ministre nous a annoncé que l'autorisation du port d'armes serait prolongée au-delà de l'état d'urgence" Yves Lefebvre, secrétaire général d'Unité SGP FO

La mesure "va être pérennisée" , a déclaré Philippe Capon, secrétaire général d'Unsa Police. Pour l'instant, ils ont l'autorisation d'être armé en permanence dans le cadre de l'état d'urgence, en vigueur jusqu'au 26 juillet. 

" Le ministre a été particulièrement à l'écoute, volontaire" Yves Lefebvre
--'--
--'--

Des patrouilles à trois plutôt qu'à deux

Le ministre de l'Intérieur s'est aussi engagé à réexaminer d'autres revendications. "On a demandé 'l'anonymisation' de la procédure, a expliqué Yves Lefebvre d'Unité SGP FO. C'est à dire que le nom du fonctionnaire de police rédigeant un procès verbal (...) puisse disparaître." Les syndicats espèrent que cette mesure permettra de "moins repérer un policier en dehors de son temps de travail".  

Les policiers ont aussi demandé une revalorisation de leur salaire et que les patrouilles se fassent à trois, contre deux actuellement. *"Dès demain matin, notre proposition écrite sera sur le

bureau du ministre"* a souligné le secrétaire général du syndicat.