Cet article date de plus de dix ans.

Polémique aux États-Unis autour de SDF "bornes internet"

Une agence de communication britannique a doté treize SDF volontaires d'émetteurs de réseau internet, les transformant en véritables "bornes ambulantes" à l'occasion d'un festival à Austin (Texas). L'ensemble des profits est reversé aux SDF, mais la controverse enfle aux États-Unis.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Ils sont treize à gagner leur vie en devenant (temporairement) des bornes internet ambulantes. Chacun d'entre eux porte un émetteur de réseau de 4ème génération, et un tee-shirt signalant l'initiative. Les passants peuvent les arrêter à tout moment pour obtenir une connexion d'excellente qualité pour leurs ordinateurs, tablettes ou téléphones, contre une petite participation financière au SDF.

Objectif pour l'agence de communication Bartle Bogle Hegarty (BBH) : briser l'image du SDF vendeur de journaux, et "moderniser" le concept : "Combien de fois voit-on quelqu'un acheter un journal, pour finalement le laisser au sans-abri ? Le modèle n'est pas cassé en soi : c'est le produit qui est archaïque."

"Vous transformez les SDF en équipement !"

Un "produit" dont la présentation fait grincer des dents. Plusieurs internautes s'emportent contre ce concept d'un goût douteux, selon eux. Sur le site officiel de BBH, les réactions se multiplient : "Ce n'est pas une bonne idée d'utiliser des personnes défavorisées pour rendre plus pratique l'accès de personnes, forcément plus riches, aux réseaux sociaux" . Un autre estime que l'agence "transforme les SDF en équipement" .

Le directeur de l'innovation de BBH, lui, se réjouit que l'initiative ait fait parler de la situation des sans-abris américains. Il projette d'aller encore plus loin, en envoyant par exemple les internautes, connectés via un SDF, vers un site Internet conçu par ces mêmes SDF. La boucle serait alors bouclée...

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.