PMA : "Si le gouvernement souhaite passer en force", la Manif pour tous prévient qu'"il y a un risque d'une nouvelle mobilisation"

Albéric Dumont, vice-président de la Manif pour tous, a estimé, mardi sur franceinfo, que l'avis rendu par le comité consultatif national d'éthique, qui prend position pour l'ouverture de la PMA à toutes les femmes, était "déconnecté de la réalité".

Albéric Dumont, vice-président de la Manif pour tous, le 5 octobre 2014, lors d\'un meeting à Paris.
Albéric Dumont, vice-président de la Manif pour tous, le 5 octobre 2014, lors d'un meeting à Paris. (MATTHIEU ALEXANDRE / AFP)

Le collectif la Manif pour tous n'est pas en phase avec l'avis rendu, mardi 25 septembre, par le comité consultatif national d'éthique. Ce dernier prend à nouveau position pour l'ouverture de la PMA à toutes les femmes, ce qui "est un peu déconnecté de la réalité", a estimé Albéric Dumont, mardi sur franceinfo. Le vice-président de la Manif pour tous a prévenu que "si le gouvernement souhaite passer en force, il y a un risque d'une nouvelle mobilisation".

Sur l'état-civil, il n'y aurait pas de père. Aller priver délibérément un enfant de son père (ou de sa mère), en faire délibérément un orphelin, nous pensons que c'est une injustice.Albéric Dumontà franceinfo

Le mouvement créé en 2012 en opposition à la loi autorisant le mariage entre personnes de même sexe estime que "le principe de précaution devrait s'appliquer". Albéric Dumont rappelle d'ailleurs que son organisation "demande toujours l'abrogation" de cette loi, qui selon elle, "a ouvert la boîte de Pandore, a lancé l'engrenage et son déroulé logique : mariage, adoption, PMA et GPA".

Emmanuel Macron s'est dit favorable, à plusieurs reprises, à l'élargissement de la PMA. Pour autant, l'exécutif est soucieux d'éviter les débats enflammés qui avaient entouré le mariage pour tous en 2013. "Je souhaite que ce débat ne soit pas hystérisé", a déclaré la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, la semaine dernière.