Cet article date de plus de cinq ans.

Patrick Pelloux : "Ces assassins ne représentent pas l’islam"

INTERVIEW | Un mois après les attentats à Paris, l'urgentiste et chroniqueur à "Charlie Hebdo", Patrick Pelloux était un des invités de la matinale spéciale de France Info. Il a redit qu'il ne faut pas faire d'amalgame sur la religion musulmane. "Non ces assassins ne représentent pas les musulmans, ne représentent pas l’islam. Ce sont des fascistes", juge-t-il.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Patrick Pelloux, invité de 7h à 9h, un mois après Dammartin-en-Goële © Radio France)

Les attentats ont touché émotionnellement de nombreuses personnes, et, un mois après beaucoup, sont encore fragiles. Patrick Pelloux explique qu'il y a deux étapes à franchir. "Il y a la reconstruction individuelle des personnes qui ont été impliquées, au sens large, et comment le pays s’accapare ce qui s’est passé. Tout est bon à débattre, à dire et il reste à découvrir comment le pays va s’en sortir et absorber ces moments dramatiques. "

 

Patrick Pelloux insite sur le fait qu'"il n’y a pas de petit combat pour défendre la République. Cela a été absorbé. Il y a un cap qui a été passé par la classe politique et le pays. " Aujourd’hui on est sorti d’un déni. "C’est exactement comme quand vous découvrez une maladie grave chez quelqu’un. Vous ne la sentez pas monter et puis un jour il y a des symptômes qui font que vous avez cette maladie. "

Attention à ne pas faire d’amalgame

Patrick Pelloux met en garde sur le sentiment de peur et  sur le fait d’avoir peur de l’autre. "Non ces assassins ne représentent pas les musulmans, ne représentent pas l’islam. Ce sont des fascistes, il faut remettre les mots parce qu’ils ont un sens. Regardez l’histoire sur la montée de Mussolini, de Franco. Ce sont des gens qui s’accaparent une apparence religieuse. Ils sont fascistes. "

Patrick Pelloux, chroniqueur à Charlie Hebdo, met en garde contre les amalgames
--'--
--'--

En vidéo : Patrick Pelloux et le maire de Dammartin-en-Goële, Michel Dutruge

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.