Patrick et Guillaume, mariés — pour le symbole — près de Perpignan

Le maire PCF de Cabestany a célébré ce matin le troisième mariage homosexuel français. Pas plus légal que les précédents, mais destiné à marquer le coup en pleine campagne présidentielle.

(Raymond Roig AFP)

"Ce document n'a malheureusement pas de caractère officiel, la loi interdisant aujourd'hui le mariage entre personnes de même sexe, mais marque la volonté de la municipalité de voir la loi évoluer ". C'est le message qu'a fait porter le maire Jean Vila, sur l'acte de mariage et le livret de famille des jeunes mariés. S'il avait choisi de faire enregistrer officiellement le mariage, il se serait exposé à une suspension.

Peu importe : c'est en connaissance de cause que les deux conjoints ont décidé de s'épouser et de médiatiser la cérémonie. Pour tenter de remettre le débat sur le mariage homosexuel au coeur de la campagne pour la présidentielle de 2012.

Ils ont donc échangé leur consentement, sous une pluie de pétale de roses et surtout devant une foule de caméras dans cette petite ville de la banlieue de Perpignan. En attendant une éventuellement légalisation, comme en Espagne, Portugal, Belgique et sept autres pays encore dans le monde.