Paris : des livreurs de Just Eat manifestent pour dénoncer leurs conditions de travail

Les salariés et le syndicat FO dénoncent notamment le choix de l'entreprise de livraison de repas de fusionner l'ensemble des zones de livraison à Paris au mois de décembre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le collectif des livreurs autonomes de plateformes (CLAP) manifestent, place de la République à Paris, en 2016. (MAXPPP)

Des salariés de l'entreprise de livraison de repas Just Eat se sont rassemblés, mercredi 19 janvier, devant le siège de l'entreprise à Paris, à l'appel du syndicat Force ouvrière (FO) pour dénoncer leurs conditions de travail et des licenciements abusifs.

Les salariés et FO dénoncent notamment le choix de Just Eat de fusionner l'ensemble des zones de livraison à Paris au mois de décembre. "Les distances de livraison peuvent aller jusqu'à 15 ou 20 km maintenant, certains livreurs font jusqu'à 100 km par jour", dénonce Jérémy Graça, délégué syndical FO.

Une multiplication des licenciements

Contrairement à ses concurrents Deliveroo ou Uber, qui font appel à des livreurs indépendants, Just Eat salarie ses livreurs. Ils sont embauchés en CDI et payés au smic horaire. Mais ils estiment que les conditions de travail ne diffèrent pas de la concurrence, puisqu'ils paient la location de leur vélo et leur propre téléphone. Ils réclament aussi davantage de lieux de repos au chaud à Paris, où un seul est ouvert.

FO s'inquiète aussi de la multiplication des licenciements ces dernières semaines, et dénonce une volonté de Just Eat de faire le ménage avant les élections professionnelles prévues en février. Selon Jérémy Graça, la société comptait environ 1 800 livreurs en France au printemps dernier.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.