Paris : opération de déminage terminée après la neutralisation de la bombe de la Seconde Guerre mondiale découverte sur un chantier

Quelque 1 800 personnes ont été évacuées, dimanche matin, dans le quartier de la porte de la Chapelle pour procéder à ce déminage.

Un obus de la Seconde Guerre mondiale a été retrouvé, en février 2019, lors d\'un chantier, porte de la Chapelle, à Paris. 
Un obus de la Seconde Guerre mondiale a été retrouvé, en février 2019, lors d'un chantier, porte de la Chapelle, à Paris.  (MAXPPP)

Près de 1 800 personnes évacuées et des transports fortement perturbés : une opération de déminage a paralysé, dimanche 17 février, le quartier de la porte de la Chapelle, au nord de Paris, après la découverte d'une bombe d'aviation de la Seconde Guerre mondiale. L'engin explosif avait été trouvé le 4 février, enfoui sur un chantier près du périphérique.

L'opération s'est terminée "sans incident" en début d'après-midi. "La bombe a été neutralisée", a écrit la préfecture de police de Paris, annonçant également la "fin des restrictions mises en place" et la "désactivation de la cellule d'information du public".

Opération délicate

Lors de la manœuvre, l'obus a été déplacé de 200 mètres "pour être déposé dans un caisson creusé au préalable", avait détaillé la Préfecture à l'AFP. L'équipe de déminage a ensuite utilisé un "système de mise à feu " pour faire "exploser l'obus".

Les riverains évacués entre 6 heures et 8h30 du matin

Pour mener à bien cette opération, deux périmètres avaient été sécurisés, autour du chantier où la bombe a été trouvée, et de l'endroit où elle a été détruite. L'opération a nécessité "l'évacuation, côté Paris et côté Saint-Denis, d'une partie importante du quartier de la porte de la Chapelle et de nombreuses restrictions de circulation", selon la préfecture de police.

Environ 1 500 riverains étaient concernés dans le quartier de la porte de la Chapelle, à Paris, et 300 personnes dans la ville voisine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), selon cette dernière. Les deux communes avaient mis à disposition des gymnases pour les accueillir. Les résidents ont été contraints d'évacuer la zone dès 6 heures et avant 8h30.

Circulation ferroviaire et automobile perturbée

La circulation ferroviaire a été fortement perturbée dimanche matin au départ et à l'arrivée de la gare du Nord. Le trafic a été interrompu entre 9 heures et 15 heures sur les lignes Transilien H, K, RER B et RER D, ainsi que sur les lignes TER Hauts-de-France desservant la capitale. Pour les grandes lignes, un TGV Nord sur deux, un Eurostar sur deux et huit Thalys sur neuf ont été modifiés ou supprimés.

S'agissant de la circulation automobile, dès 7 heures et jusqu'à 14 heures, l'autoroute A1 a été fermée de Saint-Denis à la porte de la Chapelle. Le boulevard périphérique a également été fermé de la porte de Clignancourt à la porte d'Aubervilliers.