VIDEOS. Après Paris, Madrid et Berlin : Nuit debout fait des émules en Europe

Quelque 130 villes étrangères situées dans 28 pays, notamment en Europe, ont répondu à la mobilisation "Global Debout".

Rassemblement du collectif Nuit debout place du Capitole, à Toulouse, dimanche 15 mai.
Rassemblement du collectif Nuit debout place du Capitole, à Toulouse, dimanche 15 mai. (MAXPPP)

Comment se relancer dans la durée ? Samedi et dimanche, des centaines de personnes se sont retrouvées sur la place de la République à Paris, site emblématique du mouvement Nuit debout, afin de répondre à l'appel à occuper "les places publiques du monde entier" pour "s'exprimer et se réapproprier la politique".

Dans le même temps, 130 villes étrangères de 28 pays ont participé à la mobilisation "Global Debout", selon leurs organisateurs.

A Paris: une campagne contre les marques "qui se comportent mal"

Voir la vidéo

A Paris, le mouvement a appelé à une campagne internationale contre les marques "qui se comportent le plus mal".

La campagne, baptisée "NOlist", a pour but de cibler une nouvelle marque tous les quinze jours. "On ira vite, on ira loin, ce n'est que le commencement", a assuré un militant, expliquant qu'il s'agit de "créer et animer la 'Bourse de la peur'", avec une "liste (de marques) votée en temps réel" par les internautes. "Ce ne sera pas que des actions 'online' mais des actions concrètes", a précisé un autre militant.

A Madrid : cinquième anniversaire des "Indignés" 

Voir la vidéo

La journée de dimanche a coïncidé avec le cinquième anniversaire du mouvement espagnol des Indignés, né le 15 mai 2011 à Madrid, dont est partiellement issu Podemos, le parti anti-austérité devenu une force politique incontournable.

Plusieurs milliers de personnes ont défilé, dimanche, dans les rues de Madrid et se sont rassemblées à la Puerta del Sol, pour dénoncer une classe politique coupée des réalités de l'Espagne, la corruption et l'austérité.

A Toulouse : occupation d'un magasin

Samedi, quelque 130 opposants au projet de loi Travail ont occupé en début d'après-midi une enseigne du groupe Fnac, avant d'évacuer les lieux au bout d'une heure, sans incident.

Le lendemain, environ 600 personnes se sont réunies dans la soirée au pied de l'Hôtel de ville où étaient prévus une assemblée générale, un repas, des ateliers de discussions et une émission de radio.

A Bruxelles : un concert au Mont des Arts

A l'initiative du mouvement 15 mai Bruselas, en hommage aux Indignés espagnols, plusieurs centaines de Belges ont passé la nuit au Mont des Arts, rapporte La Libre. De la soupe et des cookies végétaliens ont été distribués, et un concert a été organisé. 

D'autres rassemblements ont eu lieu dans le pays, à Namur, Mons et Liège, avec le même principe : discuter librement de sujets politiques, sans afficher de couleur politique, note la RTBF.

A Berlin : une centaine de personnes rassemblées

Faible mobilisation dans la capitale allemande, où une centaine de personnes se sont rassemblées sur une place du quartier de Kreuzberg.

A Bastia : faible mobilisation

La première Nuit debout corse a été timide à Bastia. Sur la place Saint-Nicolas, une cinquantaine de citoyens ont pu participer à cette mobilisation pacifiste où étaient organisés des cercles de parole, décrit France 3 Corse.